puteint

- Arkan, leinguiste.

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Vite vu : To The Moon (Nintendo Switch)

Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un jeu à l’exécution aussi pétée. L’image est étirée sans filtre, ce qui donne des effets de pixels dégueulasses, les collisions sont hyper bizarres, les contrôles approximatifs… Quant aux quelques énigmes, elles sont simplement sans intérêt. Oui, ça part mal. Il y a un côté brouillon assez désagréable, ça n’a pas été facile au début. Mais au final, on s’en fout de tout ça, car l’essentiel dans un jeu narratif, c’est l’histoire. Et de côté là, c’est vraiment bon.
Le pitch : on dirige deux employés de l’agence Sigmund Corp, spécialisée dans l’injection de faux souvenirs. Un peu comme Total Recall, mais pour les personnes mourantes, qui veulent exaucer un dernier souhait avant de nous quitter. En l’occurrence, c’est un vieux monsieur, Johnny Wyles, qui veut « aller » sur la lune avant de mourir. On va donc explorer son passé, et trouver le moyen d’injecter le souvenir.

Voilà, sans en dire plus, sachez que c’est une histoire bien écrite et touchante, qui vaut largement la peine de supporter les approximations du jeu par ailleurs. Le genre d’histoire qu’on n’oublie pas.

 

L’avis de Mecton

J’ai un affect très particulier pour ce « jeu » (et je reviendrai sur ces guillements).
D’abord découvert sur PC, par curiosité pour ce petit « .exe » tout léger développé par une seule personne, et terminé en une soirée, il a été un des premiers à me montrer qu’une oeuvre ludique pouvait ne valoir quelque chose que pour son histoire.
Et quelle histoire !
On en ressort l’œil humide, et le cœur doux-amère, mêlé de joie et de mélancolie.

Un mot sur la version Switch : la version PC était un tout petit jeu fait avec RPG Maker. Cette version Switch tourne sous Unity. En résulte des petits temps de chargements (à la durée réduite depuis la sortie du jeu) qui m’ont un peu agacé. Et les contrôles au pad sont parfois hasardeux, mais parait-il bien meilleurs au tactile. Cependant, le gameplay est toujours très limité (et d’ailleurs prétexte à une blague peu de temps après le début du jeu)… ça passe. À noter également des artworks retravaillés (oui, je pense notamment à cette superbe séquence où l’intelligence du récit explose en nous faisant comprendre d’où vient le désir de Johnny d’avoir le souvenir d’être allé sur la Lune  – les joueurs ayant eu la chance de connaître ce jeu sur PC sauront exactement de quoi je parle).

Au final, est-ce que cette histoire nécessitait un « jeu » pour être racontée ?
Pas forcément… Ça n’est pas pour rien qu’elle s’est exportée en BD interactive, et bientôt en film d’animation.
Mais aurait-elle autant marqué sans que l’on suive les « aventures » de nos deux docteurs dans les souvenirs de Johnny, un pad entre les mains et bercé par les superbes musiques, composées par le réalisateur, nous impliquant forcément beaucoup plus que si nous n’étions que spectateur.

To the Moon, c’est donc une très belle histoire bien racontée, parlant de thèmes rarement évoqués dans le jeu-vidéo. Sans trop vous spoiler, il sera question de handicap, de maladie, de deuil, de regret, et de joie.
Un jeu sur la vie, qui nous rappelle que quelque soient les épreuves, il y a presque toujours un moyen pour que, quelque part dans le cœur, tout aille bien.

L’avis de Kaiser Panda

To The Moon est un jeu narratif accrocheur, qui au delà de ses qualités artistiques indéniables (ambiance réussie, situations crédibles, dialogues bien écrits, personnages attachants…), propose un fond à la fois travaillé et original (concept général, aspect médical…) tout en restant très pudique (maladie souvent mentionnée mais jamais nommée).
En résulte une oeuvre qui tient en haleine, qui réussit ce tour de force pas toujours évident de donner un traitement poétique et délicat à des sujets pourtant graves, en évitant soigneusement de poser le moindre orteil sur la pente glissante du pathos.
A noter que deux Minisodes existent sur PC, qui approfondissent un peu l’univers, tout en laissant la porte ouverte à mille théories tant la fin laisse le joueur en suspens. Croisons donc les doigts pour un patch les incluant sur Switch ! En attendant le portage de TTM2 (Finding Paradise) ?


Par Tardigrade
Le 19 février 2020 | Catégories : Vite vu

Si c'est pas portable, c'est pas potable.
Voir les articles de Tardigrade

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 408 : du 18 au 24 janvier 2021
Le 24 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 407 : du 11 au 17 janvier 2021
Le 17 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 406 : du 4 au 10 janvier 2021
Le 10 janvier 2021, par Gueseuch


Dojo Hebdo 404 : du 21 au 27 décembre 2020
Le 27 décembre 2020, par Gueseuch

Dojo Hebdo 403 : du 14 au 20 décembre 2020
Le 20 décembre 2020, par Gueseuch

Dojo Hebdo 402 : du 7 au 13 décembre 2020
Le 13 décembre 2020, par Gueseuch



Dojo Hebdo 400 : du 23 au 29 novembre 2020
Le 29 novembre 2020, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal