En parlant d'interface, a propos des ports in/out du systeme digestif, autant le port in a kiffé sa life le combo quick/kebab de ce week-end, autant le out me fait un conflit materiel là

- gné, fan d'Imossel

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !

Émission s17e10 − Final !
Le 7 juillet 2021, par Mortal

Émission s17e09 − Enfin l’E³ !
Le 30 juin 2021, par Mortal





Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Tom Clancy’s Splinter Cell: Chaos Theory (NGC)

Analyse de Tom Clancy’s Splinter Cell: Chaos Theory

Le monde est au bord de la catastrophe (du chaos ?) quand un informaticien de renom est enlevé pour ses travaux sur des noyaux susceptibles de compromettre la sécurité de l’armement mondial. Au même moment, la situation s’envenime incroyablement quand la Chine et la Corée du Nord font blocus sur le Japon pour protester contre la création d’un service de défense et de renseignement japonais, l’ISDF. Mais qui est derrière tous ces évènements ? Qui en profite ? Dans un scénario rappellant Tomorrow Never Dies, l’agent Sam Fisher devra élucider ce nouveau mystère…

D’emblée, Chaos Theory se pose comme la véritable suite et la meilleure évolution du premier opus. Sans être vraiment nouveau mais plus à fond dans le trip espionnage et action, le gameplay a bénéficié de plusieurs améliorations. Tout d’abord, sauf quand le scénario l’exige, le système des alarmes a été mis de côté – ce qui respecte d’avantage le cadre réaliste de l’action et l’IA des ennemis qui vont d’avantage enquêter avant de faire n’importe quoi et se renforcer au fur et à mesure. Aussi, on peut choisir son équipement selon que l’on choisit un mode d’approche de type assaut ou d’infiltration. Je vous conseille d’ailleurs ce dernier tant on peut se passer de munitions dans la grande majorité des cas. En effet, Sam Fisher est maintenant armé d’un couteau et il n’hésitera pas à égorger ou à poignarder ses victimes dans la mesure où son équipe le lui permettra. D’une efficacité redoutable, on peut passer une mission entière à jouer le boucher. Enfin, quelques mouvements supplémentaires font leur apparition, dont la possibilité de tenir son arme de la gauche ou de la droite selon le décor pour avoir un meilleur angle de tir, d’ouvrir discrètement ou de défoncer une porte afin de surprendre ou d’assomer un garde, de pirater les lecteurs de cartes d’entrées ou les ordinateurs à l’aide de la visière EEV et enfin, on peut effectuer une pirouette à 360° sur le côté d’un mur à un autre (pensez ici à Tom Cruise dans Mission: Impossible II).

Cliquez Cliquez Cliquez

À propos du gameplay, ce qu’il y a d’intéressant cette fois, c’est l’interaction des objectifs de mission avec le scénario et votre capacité à les remplir. Ainsi, un objectif raté dans une mission n’empêche pas de continuer le jeu par la suite mais provoque l’apparition d’un autre objectif différent dans la mission suivante, une conséquence de plus à gérer pour la suite de l’aventure. C’est un bon point qui renforce considérablement la rejouabilité.
Cliquez Cliquez Cliquez

L’autre nouveauté de taille, c’est le mode coopératif qui fait son apparition. Dans quatre missions parallèles au mode solo, on peut passer un bon moment à s’entraider et à accomplir des actions spectaculaires d’une simple pression du bouton A. Cela va de faire la courte échelle pour escalader un mur au lancé de son coéquipier, les mains dans les mains, face-à-face, en faisant une pirouette sur le dos. Dommage pour le jeu en écran splitté vertical car il vous faudra définitivement une grande télé pour pleinement en profiter. On regrette également le mode solo qui n’est pas jouable en coop.
Cliquez Cliquez Cliquez

Tout comme Pandora Tomorrow, Chaos Theory est un portage non optimisé pour la GameCube. Les loadings sont toujours là (même dans les menus) ainsi que les sauvegardes qui prennent beaucoup de place et de temps. Mais par dessus tout, le graphisme bogue régulièrement, surtout quand on manipule un tant soit peu la caméra.

Présentation

Le jeu a bénéficié d’une refonte graphique appréciable, spécialement dans ses cinématiques. Techniquement irréprochables, le style visuel de ces dernières a également été repensé et colle très bien à l’ensemble du scénario et de l’action notamment grâce à des éclairages plus adéquats qui sont aussi beaucoup plus convaincants pendant le jeu. Le briefing intégralement avec des voix est de son côté beaucoup plus pertinent. À ce niveau, c’est un sans faute, une réalisation qui va nettement plus loin que les anciens opus.

Graphismes

Clairement la faiblesse qui saute aux yeux en commencant. Comme dit plus haut, les bogues sont ici légion mais si on oublie les erreurs au niveau du frame rate qui bloque carrément par moment et les graphismes qui « cassent » de partout, il reste que dans le style techno-espionnage, on ne fait pas mieux. C’est quand même malheureux que cette adaptation pour Nintendo n’ait pas bénéficié de plus de soins parce que sinon c’est quand même très joli quand on regarde les textures et l’ambiance générale par exemple. La modélisation n’est pas non plus impressionante, il ne restera alors plus qu’à apprécier l’animation de notre héros par exemple ainsi que celle des gardes qui s’écroulent dans un bruit étranglé après un coup de couteau à la gorge – un plaisir sadique dont on ne se lasse pas !

Audio

C’est là que Chaos Theory surprend le plus. C’est le DJ montréalais Amon Tobin qui est à l’oeuvre cette fois et, soyons chauvins, son travail est remarquable ! Mélangeant à peu près tous les styles, les thèmes sont très rythmés, mélodiques, épiques mais n’apparaissent que quand l’action s’emballe ou quand l’alarme retentit. C’est même dommage que l’on en profite pas plus durant le jeu tant c’est du bon travail – facilement une des plus belles réussites musicales sur le Cube.

Cliquez Cliquez Cliquez

L’autre belle surprise, c’est les lignes de dialogues qui sont teintées d’humour, des répliques dignes d’un bon film d’action de série B. Les scripteurs de chez Ubi se sont lâchés un peu et disons-le, ils vont vous étonner. D’autant plus que l’on profite de l’excellent boulot de Michael Ironside en version originale anglaise mais aussi de Daniel Beretta (la voix VF d’Arnold Schwarzennegger – on pense tout de suite à True Lies) et de Patrick Béthune (la voix VF de Kiefer Sutherland dans 24 heures chrono) dans un doublage français intégral de qualité, même dans la version américaine du jeu.

Maniabilité

À quelques détails près, les développeurs ont choisi de conserver la configuration de Pandora Tomorrow. Un choix discutable évidemment, surtout que comme auparavant, l’intuitivité est loin d’être évidente. En ce sens, une bonne fois pour toute, on devrait bannir l’utilisation du Z – surtout en combinaison avec la croix directionnelle…

Durée de vie

Le jeu offre dix missions et trois niveaux de difficulté. Une durée de vie honorable qui dépassera les dix heures. Le level-design reste quand même linéaire et la replay-value toute relative. Le fait est qu’on peut essayer d’obtenir la note parfaite de 100% partout mais au risque de casser le plaisir de certains, on n’obtient rien de plus pour cet exploit. Bon courage quand même parce que cela demande des nerfs et un caractère de moine bouddhiste dans certains cas.

En bref…

Si vous avez à choisir, oubliez Pandora Tomorrow, Chaos Theory représente un bien meilleur choix. Plus long, plus réussi, plus inspiré et tout simplement plus différent des standards du premier, la troisième mission de Sam Fisher est facilement le meilleur titre disponible dans son genre. Dommage par contre que ce ne soit pas plus travaillé parce que la version GameCube reste un portage raté par rapport à ce qui s’est fait ces dernières années comme adaptations.

Les plus

– Le graphisme/style
– La bande-son/dialogues
– Le doublage
– Le mode coop

Les moins

– Les contrôles
– Les bogues graphiques
– Lent à charger/sauvegarder
– Pas de deathmatch

La note

8/10


Par Martinus
Le 2 juillet 2007 | Catégories : Analyses

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de Martinus n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de wiimote dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Pokémon Unite : étude comparative
Le 3 août 2021, par MectonLaFlemme



Dojo Hebdo 434 : du 19 au 25 juillet 2021
Le 25 juillet 2021, par Gueseuch


Satellaview : Special Tee Shot
Le 19 juillet 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 433 : du 12 au 18 juillet 2021
Le 18 juillet 2021, par Gueseuch


Dojo Hebdo 432 : du 5 au 11 juillet 2021
Le 11 juillet 2021, par Gueseuch



Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !

Émission s17e10 − Final !
Le 7 juillet 2021, par Mortal

Émission s17e09 − Enfin l’E³ !
Le 30 juin 2021, par Mortal





Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal