Il a la Wii, il a des amis

- Kaiser Panda

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !

Émission s18e02 − NDirect + Smash Direct
Le 17 octobre 2021, par Mortal

Émission s18e01 − Jeux de l’été
Le 3 octobre 2021, par Mortal

Émission s17e10 − Final !
Le 7 juillet 2021, par Mortal

Émission s17e09 − Enfin l’E³ !
Le 30 juin 2021, par Mortal



Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Resident Evil 3: Nemesis (NGC)

Analyse de Resident Evil 3: Nemesis

Malgré sa sortie très rapide, à peine un an après le second, Resident Evil 3: Nemesis aura connu un développement assez perturbé. Il s’agit d’un épisode plutôt brouillon, le résultat d’une grande hésitation chez Capcom. Déjà à l’époque, on voulait donner une nouvelle orientation à la série mais on décida finalement de poursuivre sur une voie quand même très payante et de se contenter de plusieurs améliorations plutôt que d’une révolution. Un troisième jeu plutôt à part mais aussi directement collé aux évènements des deux premiers.

Le gameplay reste donc ce qu’il a toujours été, une succession de combats, d’exploration et de cinématiques. La progression à travers des images pré-calculées ainsi que la maniabilité n’ont pas beaucoup changé non plus. Ce qui aura été modifié par contre, c’est la tension revue à la hausse, l’augmentation significative du nombre et de l’importance des items ainsi que toute une série de petites améliorations qui vont accélérer l’action.

Cliquez Cliquez Cliquez

En parlant d’action, Resident Evil 3: Nemesis se démarque clairement des autres à ce niveau. Il suffit de voir l’arsenal qu’il est possible d’acquérir et la quantité de munitions disponible. On finit d’ailleurs vite par se tourner vers la mitraillette et le fusil à pompe, des armes beaucoup plus indiquées pour ce genre de situation. Tout ça sans parler du nombre d’ennemis nettement plus élevé et du terrible Nemesis, une créature capable de vous broyer d’un seul coup et qui vous poursuit sans relâche à travers les rues de Raccoon City. Ce dernier est une excellente idée, même s’il est capable de vous faire perdre patience par moment. On ne sait jamais quand il apparaîtra et s’il vous a trouvé, il ne vous reste plus, dans bien des cas, qu’à tout laisser tomber et à vous enfuir la peur au ventre (surtout si ça fait un moment que vous n’avez pas sauvegardé !).

À chaque nouvelle apparition du Nemesis, ou lors d’un événement en particulier, la musique s’emballe, l’écran fige et on doit vite faire un choix parmi les options qui s’offrent à nous. Chaque décision amène de nouvelles conséquences et c’est d’autant plus de possibilités pour ceux qui aiment revenir sur les jeux ! Un autre bon point apporté par cet épisode.

Cliquez Cliquez Cliquez

Les items plus nombreux font en sorte que les énigmes sont encore plus confuses qu’avant. C’est qu’on ne sait jamais ce qu’on aura besoin d’utiliser pour la suite et on ne peut pas avoir tous ces items à la fois avec nous. Heureusement, les points de sauvegarde sont bien répartis et par conséquent, les coffres de rangement aussi. Mentionnons également le « Reloading Tool », un outil intéressant qui permet de créer ses propres munitions selon différentes combinaisons de poudre (type A, type B ou type C). Un aspect de gestion de plus qui s’offre au joueur.
Cliquez Cliquez Cliquez

En somme, Resident Evil 3 propose une foule de petits ajouts qui permettent de varier suffisamment l’expérience par rapport à ce qui s’est déjà fait. L’action, mais aussi la tension, sont beaucoup plus intense et l’aspect « fuite » est mieux exploité qu’auparavant. Techniquement, les améliorations sont mineures mais elles rendent quand même la « promenade » plus agréable à l’œil…

Présentation

Peu de changements par rapport à ce qu’on a eu dans le second RE. Les cinématiques offrent cette fois plus d’action et elles font un peu moins pitié à voir. Les voix quand à elles sont un peu plus crédibles que par le passé mais on sent toujours que la console semble chercher la prochaine ligne à faire dire aux personnages, ce qui agace pas mal de nos jours.

Graphismes

Le jeu se déroule surtout en extérieur, dans les rues de Raccoon City. Il n’y a rien à redire sur le détail mais surtout, on remarquera que les signes de compression et de pixellisation ont été supprimés dans une large part. L’ensemble est beaucoup plus propre que RE 2 et un soin particulier a été apporté au Nemesis ainsi qu’aux ennemis qui sont un peu mieux faits. Les personnages sont par contre une fois de plus très carrés et remplis de bogues graphiques. On a toujours affaire à un portage PlayStation après tout…

Audio

Il n’y a pas tellement de modifications là non plus. Le même style musical que Resident Evil 2 a été conservé et il est toujours aussi efficace. En plus, aucun thème n’est repris, on a donc droit à une bande sonore complètement originale (et de grande qualité de surcroît). Il faut aussi signaler que le problème de certains dialogues difficilement compréhensibles a disparu, la qualité sonore des voix s’étant grandement améliorée.

Maniabilité

Les contrôles restent pratiquement identiques à Resident Evil 2. Les seuls ajouts d’importance, c’est la possibilité d’éviter une attaque de l’ennemi en appuyant sur R au bon moment et le stick C qui permet désormais de se retourner très rapidement – des améliorations très utiles. Sinon, on remarque aussi qu’il n’est plus nécessaire d’utiliser le bouton A pour des trucs inutiles comme de monter les marches d’un escalier. Encore une fois, c’est très appréciable !

Scénario

Un mois après avoir découvert le manoir contaminé de Raccoon City avec Chris Redfield et les autres membres de la Team Alpha des S.T.A.R.S., Jill Valentine est toujours en ville le jour où les évènements vont devenir hors de contrôle. Toute seule dans une ville ravagée par d’intenses combats entre les zombies et les policiers, elle devra se frayer un chemin vers la sortie, s’il y en a une…

Cliquez Cliquez Cliquez

Resident Evil 3: Nemesis se déroule presque en parallèle avec Resident Evil 2 (à quelques heures d’intervalles – on visitera d’ailleurs le même poste de police). Sauf que cette fois, l’emphase est entièrement mise sur l’action et le sentiment de fuite. Peu de révélations sur le complot donc et une histoire qui permet juste de faire vivre la suite de la saga pour Jill, à l’instar de Chris avec Resident Evil: Code Veronica.

Durée de vie

Le mode facile porte ici bien son nom. On finira alors le jeu en quelques heures, une fois de plus, avec tout un arsenal disponible dès le départ. Sinon, le mode difficile permet de s’énerver un peu plus sur ce maudit Nemesis qui se pointe toujours au mauvais moment et il nous force à éviter pas mal de confrontations si on ne veut pas se retrouver à court de munitions. On peut dire qu’un premier passage prendra entre cinq à dix heures si on ne bloque pas trop à trouver le bon item pour poursuivre.

Resident Evil 3 marque aussi la fin des quêtes avec plusieurs personnages (si on exclut RE 0 qui est un compromis à ce niveau), ce qui est un peu dommage.

En bref…

Resident Evil 3 propose plusieurs nouveautés qu’on ne reverra plus par la suite et à ce titre, il offre quelque chose de différent par rapport aux autres. On n’apprendra rien d’important cette fois mais l’action proposée, ainsi que la maniabilité mieux adaptée, permettent de se défouler davantage. Le tout avec une ambiance complètement à part qui donne tout son intérêt au jeu. Un excellent titre pour les fans !

Les plus

+ L’action
+ Les améliorations appréciables
+ La musique, comme toujours
+ Le Nemesis, quelle bonne idée !

Les moins

– Le portage PlayStation

– Les voix, ce n’est pas encore ça

– Le Nemesis, cet enfoiré !

La note

7/10


Par Martinus
Le 24 février 2006 | Catégories : Analyses

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de Martinus n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de wiimote dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 447 : du 18 au 24 octobre 2021
Le 24 octobre 2021, par Gueseuch

Switch OLED, une semaine après
Le 20 octobre 2021, par Mortal

Vite vu : Cruis’n Blast (Nintendo Switch)
Le 18 octobre 2021, par Mortal

Dojo Hebdo 446 : du 11 au 17 octobre 2021
Le 17 octobre 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 445 : du 4 au 10 octobre 2021
Le 10 octobre 2021, par Gueseuch


Satellaview : BS Super Mario Collection
Le 1 octobre 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 443 : du 20 au 26 septembre 2021
Le 26 septembre 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 442 : du 13 au 19 septembre 2021
Le 19 septembre 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 441 : du 6 au 12 septembre 2021
Le 12 septembre 2021, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !

Émission s18e02 − NDirect + Smash Direct
Le 17 octobre 2021, par Mortal

Émission s18e01 − Jeux de l’été
Le 3 octobre 2021, par Mortal

Émission s17e10 − Final !
Le 7 juillet 2021, par Mortal

Émission s17e09 − Enfin l’E³ !
Le 30 juin 2021, par Mortal



Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal