L'hémisphère sud a toujours été au-dessus de l'hémisphère nord.

- Jodiroga

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Muramasa: The Demon Blade (Wii)

muramasa_pochette.jpg

Rising Star Games commence à se faire un petit nom dans le monde du jeux vidéo, notamment avec ses adaptations européennes et américaines de jeux typiquement nippons. Et dans le genre, Muramasa: The Demon Blade est pour le moins bien placé.

La lame à l’œil

Ouh qu'il est moche !Muramasa est avant tout un choc visuel, une gigantesque claque technique avec sa 2D qui fait vraiment plaisir à voir. Les décors sont absolument somptueux, les animations sont détaillées, découpées, pratiquement parfaites, les effets sont saisissants. C’est un émerveillement de tous les instants. Chaque décor possède une miriade de détails, tous plus hallucinants les uns que les autres : le vent dans les branches, dans les herbes, la brume de la montagne, les reflets de la lumière sur les eaux. Le joueur a constamment l’impression de regarder un superbe anime, dont il est le héros en prime.

L’action est accompagnée d’une musique d’ambiance, certes discrète, mais tout-à-fait à propos et enchanteresse. Il suffit de s’arrêter quelques secondes sur un écran de campagne japonaise pour s’y croire. Tantôt épique, inquiétante, lyrique ou stressante, les choix musicaux sont toujours justes et accompagnent merveilleusement bien l’aspect visuel, dans ses moments calmes comme dans ses moments tumultueux.

D’un point de vue jouabilité, tout répond au doigt et à l’œil et les combats sont dynamiques et spectaculaires. Pour un jeu qui se rapproche plus du beat’em all que du jeu d’aventure, c’était le minimum syndical. Le petit plus vient du côté RPG qui, à l’image de la musique, sait se faire discret quand il faut. Pas de course au meilleur sabre, au pouvoir le plus impressionant ou aux points d’expérience, tout cela est laissé en option au joueur. Les acharnés pourront tout-à-fait essayé de récupérer tous les sabres des deux personnages, les autres pourront prendre tout autant de plaisir à parcourir le jeu en touriste ou presque.

Une lame pour les dominer toutes

Ça donne envie de passer ses vacances sur le Mont FujiLes combats perdent malgré tout en intérêt, non pas à cause d’un bestiaire finalement plutôt varié, mais d’une certaine répétitivité. Il n’y a que peu d’approches possibles pour éliminer les groupes d’ennemis et le joueur tourne rapidement en rond, tranchant et découpant tout ce qui bouge sans vraiment se poser la question d’une stratégie d’approche quelconque ou des objets indispensables à avoir dans sa besace. Évidemment, le niveau de difficulté plus élevé va tout de même demander au joueur d’arrêter de bourrer comme un suicidaire kamikaze en dézinguant tout ce qui bouge et ce qui ne bouge pas.

Je vais être très franc, je n’ai absolument rien compris à l’histoire. J’ai toujours autant de mal avec les noms à consonnance asiatique, et même si Muramasa n’a pas une pléthore de personnages (contrairement à Okami), c’est déjà beaucoup trop et le scénario m’a largué… Sentiment à mon avis accentué si le joueur n’est pas du genre réceptif à cet univers un peu particulier du Japon médiéval avec ces histoires de possessions de corps, d’âmes errantes, de styles de sabre, d’honneur et de combativité. Le tout est, en plus, porté par des dialogues longs, insipides et déconcertants dont finalement seul le doublage japonais qui semble être de bonne facture arrive à faire oublier les aléas.

En bref…

Malgré un scénario sans grand intérêt et une redondance très prononcé, dans la progression et dans les combats, on prend beaucoup de plaisir à parcourir Muramasa, à découper rageusement des boss gigantesques et à collecter un équipement toujours plus puissant. Le côté RPG léger et bien maîtrisé, le système de progression intelligent et les graphismes superbes lui permettent de se rendre indispensable, au moins à l’essai.

Les plus

  • Tout simplement magnifique
  • Boss impressionants
  • Système de progression simple et peu frustrant
  • Récupération de vie intelligente par de biais du duo Cuisine/Satiété
  • Collectionnite optionnelle

Les moins

  • Répétitif à la longue aussi bien dans les décors que dans les situations
  • Scénario difficilement compréhensible

4/5 \o/


Par Mortal
Le 29 novembre 2010 | Catégories : Analyses

En tout cas, moi, si j'étais une fille, je serais facile.
Voir les articles de Mortal

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 424 : du 10 au 16 mai 2021
Le 16 mai 2021, par Gueseuch

Satellaview : Kirby’s Toy Box
Le 10 mai 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 423 : du 3 au 9 mai 2021
Le 9 mai 2021, par Gueseuch

Satellaview : BS The Legend of Zelda
Le 5 mai 2021, par Tardigrade



Dojo Hebdo 421 : du 19 au 25 avril 2021
Le 25 avril 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 420 : du 12 au 18 avril 2021
Le 18 avril 2021, par Gueseuch


Dojo Hebdo 419 : du 5 au 11 avril 2021
Le 11 avril 2021, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal