Julien Chièze était un bon journaliste avant de faire des choix funestes.

- Mortal

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Darksiders Genesis (NS)

Darksiders Genesis est le quatrième jeu de la série Darksiders (dont nous avons déjà parlé ici, ici ou encore ) qui met en scène non pas un mais deux des cavaliers de l’Apocalypse de Joe Madureira.

Melting Pot

Les « finish » sont importants, ils vous rendent invincible pendant leur exécution.

Contrairement à ces prédécesseurs, qui étaient plus des Zelda-Like dans un univers badass, Darksiders Genesis est beaucoup plus un mélange entre un Hack’n Slash et un Twin Stick Shooter. Car si sa vue isométrique rappelle furieusement la série Diablo, le cœur du jeu est bien différent avec deux styles radicalement opposés.

D’un côté, Guerre élimine ses ennemis essentiellement au corps-à-corps, utilisant des techniques déjà vues dans les précédents épisodes, comme par exemple faire jaillir des pics du sol. On utilisera alors les classiques combo Y/X pour se débarasser de tout ce qui bouge.

Discorde, le second cavalier présent dans cet épisode, peut aussi utiliser le même schéma d’attaque mais est nettement plus efficace avec ses pistolets et se joue donc véritablement comme un Twin Stick Shooter : le stick de gauche pour déplacer le personnage, le stick de droite pour viser et les boutons R et ZR pour avoiner avec 6 types de munitions différents.

En solo, en fonction de la situation, on pourra alterner entre les deux personnages. C’est là qu’intervient l’aspect le plus stratégique du jeu : si les munitions, points de vie et de courroux (l’équivalent de la magie en gros) sont bien séparés pour chaque personnage, les potions sont communes quand un des personnages meurt, il faut une vingtaine de secondes pour qu’il revienne à la vie. Choisir le bon protagoniste en fonction de la situation et bien temporiser les attaques, les phases de récupération et alterner entre les personnages va donc devenir pratiquement un art dans les derniers niveaux du jeu.

À deux, c’est toujours mieux

Côté Discorde, ça flingue dans tous les sens !

Si l’on peut parcourir les 16 chapitres du jeu seul, on peut également le faire avec un pote en co-op locale sur la même console en ad-hoc sur deux Switch ou même en ligne. À ce moment-là, chaque joueur se voit attribuer en cavalier sans possibilité de changer. Le niveau de difficulté du jeu s’adapte alors, proposant des monstres un peu plus costauds.

Par contre, les quelques parcours et évènements scriptés des différents niveaux ne s’adaptent pas eux : mon partenaire en ligne ( Mecton) a eu beaucoup de mal pour franchir un passage de plateforme et il a donc fallu que je l’attende pour pouvoir passer à la suite. Un système permettant de rejoindre automatiquement son pote n’aurait pas été de refus.

Les niveaux en eux-mêmes sont plutôt bien foutus, avec beaucoup de variétés dans les décors, et pas mal de secrets à découvrir. Le système de progression des personnages, offrant des bonus divers en fonction du nombre et du type d’ennemis abattus, encourage aussi à reparcourir les niveaux pour monter en compétence en plus de trouver quelques items supplémentaires.

Un dernier petit mot sur la technique : le jeu tourne sur l’Unreal Engine 4 et présente donc malheureusement tous les aspects des jeux non-optimisés sur Switch pour ce moteur, à savoir textures floutasses, résolution relativement faible, effets de lumière bogués ou foireux. La perspective adoptée fait que ces défauts ne sont pas forcément gênants en jeu (d’autant plus que le framerate reste relativement constant), mais si vous cherchez la version supérieure, vous ne la trouverez pas sur Switch.

Conclusage

Comme d’habitude avec Darksiders, si vous accrochez au scénario et à l’univers, vous y trouverez votre compte. L’alternance Discorde/Guerre pour le gameplay rend l’ensemble intéressant à jouer quelque soit votre style de jeu préféré. Le jeu se paie en plus le luxe d’avoir des dialogues intégralement doublés en français, ce qui n’est pas tellement commun pour un jeu qui tape clairement dans la catégorie budget (avec tout ce que cela comprend de compromis : cinématiques en images fixes, technique un peu à la ramasse…).

Vous pouvez donc passer un très bon moment avec ce jeu, à condition de bien savoir où vous mettez les bottes…


Par Mortal
Le 11 avril 2020 | Catégories : Analyses

En tout cas, moi, si j'étais une fille, je serais facile.
Voir les articles de Mortal

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 407 : du 11 au 17 janvier 2021
Le 17 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 406 : du 4 au 10 janvier 2021
Le 10 janvier 2021, par Gueseuch


Dojo Hebdo 404 : du 21 au 27 décembre 2020
Le 27 décembre 2020, par Gueseuch

Dojo Hebdo 403 : du 14 au 20 décembre 2020
Le 20 décembre 2020, par Gueseuch

Dojo Hebdo 402 : du 7 au 13 décembre 2020
Le 13 décembre 2020, par Gueseuch



Dojo Hebdo 400 : du 23 au 29 novembre 2020
Le 29 novembre 2020, par Gueseuch



Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal