La rétrocompatibilité, c'est la technologie de demain qui te permet de jouer à tes jeux d'hier sur ta console d'aujourd'hui

- Mortal, très inspiré pour une première émission

Articles
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 395 : du 19 au 25 octobre 2020
Le 25 octobre 2020, par Gueseuch

Horace : le monde à l’envers
Le 18 octobre 2020, par Gallaxys

Dojo Hebdo 394 : du 12 au 18 octobre 2020
Le 18 octobre 2020, par Gueseuch

Dojo Hebdo 393 : du 5 au 11 octobre 2020
Le 11 octobre 2020, par Gueseuch



Dojo Hebdo 391 : du 21 au 27 septembre 2020
Le 27 septembre 2020, par Gueseuch

Dojo Hebdo 390 : du 14 au 20 septembre 2020
Le 20 septembre 2020, par Gueseuch

Nintendo Direct Mini : Partner Showcase 17/09/2019
Le 17 septembre 2020, par Gallaxys

Dojo Hebdo 389 : du 7 au 13 septembre 2020
Le 13 septembre 2020, par Gueseuch



Super Mario Bros. 35 : Ça casse pas trois pattes à un koomba

Il est toujours compliqué de déterminer le moment où l’on peut donner son avis sur un jeu. Pour un jeu narratif, la réponse est sûrement « la fin de l’histoire », pour un roguelike : « lorsque tous les éléments sont débloqués » mais qu’en est-il pour un battle royale ? Est-ce au moment où le jeu ne semble plus rien avoir à nous donner ? Or vous me voyez, seulement 3 jours après la sortie de Super Mario Bros 35, critiquer ce dernier et c’est bien le soucis…

Entre tradition et modernité

Offert aux abonné.e.s Nintendo Switch Online à l’occasion des 35 ans du plombier moustachu, Super Mario Bros. 35 est le deuxième titre classique après Tetris 99 à passer sous la moulinette battle royale, avec un peu moins de succès cependant…

Ca fait beaucoup de Mario là non ?

Super Mario Bros. 35 a pour promesse de vous faire rejouer au jeu Mario originel sorti en 1985 sur NES mélangé au genre que vous ne connaissez pas mais que vos enfants adorent, le battle royale.
Concrètement le jeu vous fait vous confronter à 34 autres joueur.se.s sur les niveaux du Mario originel. Afin d’éliminer vos adversaires vous pourrez leur envoyer les ennemi.e.s que vous aurez vaincu, à l’instar des lignes de Tetris 99, en espérant que ces obstacles supplémentaires viennent à bout de vos opposant.e.s. Comme dans Tetris 99, vous pouvez décider de cibler vos adversaires manuellement ou selon une des quatre stratégies proposées : «Peu de temps», «Pièces Max.», «Riposte» ou «Aléatoire».
Difficulté supplémentaire : vous ne commencez qu’avec 35 secondes ; pas de panique cependant puisque tuer un monstre, finir un niveau ou récupérer un power-up déjà équipé permet d’acquérir du temps supplémentaire.

Deux bonus pourront vous aider au cour d’une partie : Premièrement, éliminer un.e ennemi.e permet de récupérer son temps et argent restant, et deuxièmement, activer le bloc mystère en haut à gauche de l’écran contre 20 pièces d’or octroie un power-up aléatoire entre un champignon, une fleur de feu, une étoile et un bloc pow.

L’épisode de la maturité ?

Au premier abord le jeu se montre redoutablement efficace. Avant même d’aborder le gameplay, les 34 autres parties se déroulant de part et d’autre de votre fenêtre offrent un spectacle visuellement impressionnant. Les contrôles astucieux permettent à la surcouche battle royale de ne jamais gêner vos mouvements en jeu. Le bloc mystère est activable en pressant L au lieu de X ce qui permet de ne pas lever sa main du duo de boutons « courir/sauter »  et on peut cibler des ennemi.e.s en les touchant grâce à l’écran tactile au lieu d’utiliser le joystick afin de ne quasiment pas lâcher le contrôle des commandes, sur la croix directionnelle par défaut.

Le level design participe évidemment beaucoup au plaisir de jeu. Les niveaux de Super Mario Bros. ont 35 ans et vous connaissez sûrement leur design, se confronter à d’autres sur un terrain connu dont on connaît les moindres secrets est gratifiant. Si vous êtes de celles et ceux qui n’ont jamais joué au jeu de 1985 aucun soucis non plus puisque les niveaux sont suffisamment simples (je n’ai pas dit faciles) pour devenir familiers au bout de quelques parties seulement. De plus, une fois un drapeau atteint Mario est immédiatement téléporté ailleurs sans temps de chargement rep à ça la PS5. Les tableaux s’enchaînent donc sans aucune interruption, permettant un rythme de jeu efficace.

Les warps zones sont aussi de la partie

Si au début le ou la joueuse novice aura tendance à éliminer chaque ennemi venant à sa rencontre afin de récupérer du temps, on se rend rapidement compte qu’éliminer des Koopas donne à l’adversaire une carapace qui permet de se débarrasser d’un large groupe d’ennemi très facilement. On se retrouve alors souvent à devoir choisir entre une progression plus facile en éliminant chaque être vivant du Royaume Champignon ou une progression certes plus difficile mais qui mettra en danger nos adversair.e.s bien réel.le.s.

Une fois la partie perdue terminée, les pièces conservées s’ajoutent à une cagnotte. Lorsque vous serez prêt.e.s pour votre prochaine partie, votre cagnotte pourra permettre de démarrer avec un champignon, une fleur de feu ou une étoile, vous pourrez également choisir un niveau précédemment joué pour l’ajouter à la rotation.

Et là c’est le drame…

…parce que si au premier abord Super Mario Bros. 35 est effectivement efficace, il s’essouffle très vite et ce pour deux raisons : la maniabilité et la répétitivité.

La maniabilité car si les contrôles sont bien pensés, la physique même de Mario n’est pas du tout au point. Trop lourd à terre, trop mou sur les sauts, Mario semble ici emmagasiner moins d’inertie qu’en 1985 et c’est tout simplement pénible à jouer. Tellement lourdingue que j’ai pris l’habitude de courir en permanence afin d’avoir une vitesse suffisante pour contrôler mon personnage dans les airs. Pour ne rien arranger, lorsque Mario ramasse un objet ou se fait toucher lors d’un saut il semble perdre de la vitesse aléatoirement, il m’est ainsi déjà arrivé d’avoir une bonne trajectoire mais de mourir de chute à cause d’un objet donné par le bloc mystère en plein saut. La physique mériterait d’être ajustée afin d’être plus aérienne, plus permissive.

La répétitivité ensuite. Chaque partie débute avec le niveau 1-1, or aussi bien conçu qu’il soit il ne l’a pas été pour être jouer en boucle. Mais le problème de répétitivité arrive réellement ensuite puisque le premier niveau est le seul fixe, ensuite c’est le choix des joueur.se.s qui détermine les tableaux joués. Or comme expliqué plus haut on ne peut intégrer au roulement que des niveaux complétés lors des parties précédentes. On se retrouve alors à jouer les deux premiers mondes en boucle, constamment, en permanence, tout..le..temps, puisque ce sont les seuls niveaux que 99% des joueur.se.s débloquent, puisque ce sont les seuls niveaux que 99% des joueur.se.s finissent, vous le voyez le cercle vicieux de l’ennui ? (On peut par ailleurs se demander la pertinence d’acheter un champignon avant la partie alors que le niveau 1-1 en donne un au début)

Et là est le problème principal avec Super Mario Bros. 35, il y a un véritable fossé entre les 99% et le top 1% des joueur.se.s. En plus des problèmes cités précédemment, on souligne ici le plus gros : le jeu souffre en général d’un gros problème d’équilibrage pour être fun sur la durée, ce qui nous fait poser la question suivante…

Must there be a Super Mario Bros. 35 ?

Car si Tetris est taillé pour la compétition, qu’en est-il de Mario Bros. ?

En général, le jeu est bien trop punitif avec les débutant.e.s, la comparaison avec Tetris 99 est ici rédhibitoire pour Super Mario Bros. 35. Le moindre saut raté ou carapace lancée vers un mur trop proche et c’est la fin de votre partie sans que vous ne pourrez rien y faire alors qu’un tétromino mal placée dans Tetris appelle justement à renforcer son jeu pour rattraper cette erreur (je rappelle au passage ici que cela est renforcé par le boulet que se traîne Mario au pied au cas où vous auriez loupé un paragraphe pourtant en plein milieu de cette critique sérieux suivez deux minutes quoi déjà que j’écris ça à 4H du mat alors si vous ne me lisez même pas merde quoi). Un.e joueur.se déjà aguerri.e aux Mario 2D aura alors un large avantage en ça qu’il ou elle ne fera aucune erreur d’imprécision.

Autre erreur d’équilibrage, le temps n’est quasiment jamais un problème. Le fait est que les mondes des deux premiers niveaux ne sont pas les plus complexes dans leur design, il est alors commun d’avoir de longues lignes droites sur lesquelles peuvent s’aligner des Goomba, innocents, prompt à se faire zigouiller par la moindre carapace qui passe sous la main d’un.e joueur.se. Le niveau 1-2 est particulièrement symptomatique de ce problème, chacun peut facilement y accumuler plus de temps que nécessaire pour toute une partie. A cela s’ajoute la récupération du temps restant aux joueur.se.s que l’on a éliminé.e.s, qui ils ou elles-mêmes ont profité du level design non adapté à la mécanique de chronomètre.
Ainsi, les fins de parties, véritables épreuves de rapidité sur Tetris 99, sont ici des marathons dont les versus finaux peuvent doubler la durée d’une partie et ce, malgré une accélération conséquente du défilement du chronomètre en fin de partie. Cette vidéo est une très bonne illustration de ce soucis.

Le niveau 1-2 est parfait pour accumuler des minutes facilement

On peut aussi s’interroger sur les stratégies de ciblage prédéfinies par le jeu puisque choisir «Peu de temps» ou «Pièces Max.» revient à envoyer du temps sous forme de monstres aux adversaires, d’autant plus que «Pièce Max» cible bien souvent la meilleure joueur.se, donc a priori plus apte a transformer des Goombas en secondes.

La cerise sur le gateau, le pompom sur la Garonne, la goutte d’eau qui fait déborder le vase, le véritable coup de grâce, c’est la place énorme laissée au hasard. En effet là où un top 1 sur Tetris 99 est indéniablement le fruit du talent de la personne, peut-être un peu de chance sur le fait de s’être fait ou non ciblé pendant la partie, ce n’est pas du tout le cas pour Super Mario Bros. 35. En effet, un.e joueur.se chanceux.se pourra tomber sur une armée de Goomba qui va lui permettre d’accumuler énormément de temps au chronomètre, surtout si une carapace est disponible juste avant, à l’inverse un.e joueur.se malchanceux.se peut tout à fait se retrouver face à des ennemis infranchissables, les pouvoirs et pièces accumulés sont alors inutiles si cela se reproduit plusieurs fois.
Les joueur.se.s les plus expérimenté.e.s se sortiront évidemment beaucoup plus facilement des situations de malchance, mais ils ou elles se retrouveront alors en final contre des joueur.se.s qui ne sont pas du tout de leur niveau, chacun.e prenant le moins de risque possible en attendant l’erreur bête qui fera perdre l’autre

 

Bref, Mario a 35 ans et ça se ressent. Si le jeu reste agréable à jouer en petites sessions et est définitivement addictif (une p’tite der?), notamment grâce à son level design efficace et le twist amusant du battle royale, il s’essouffle à trop forte dose. Ses problèmes de maniabilité, de courbe de progression, et surtout d’équilibrage sont des gros freins à une montée en niveau de potentiels joueur.se.s novices. Super Mario Bros. 35 n’en reste pas moins un titre intéressant qui mériterait d’être suivi sur la durée, patché, étoffé afin que les règles du battle royale qui avait tant apporté à Tetris en 2019 ne semblent pas autant adaptées au forceps pour convenir à Mario. Pourquoi ne pas explorer d’autres jeux que le tout premier ?
Malgré tout, Super Mario Bros. 35 reste une attraction sympathique, et a-t-il vraiment prétention à être autre chose en réalité ? Ce jeu qui devrait disparaître le 31 mars 2021 ressemble plus à un lieu de célébration collective du plombier moustachu qu’à un cadeau en l’honneur de ses trois décennies et demi de carrière dont Super Mario Odyssey semble être une meilleure synthèse.


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !


Émission s16e01 − C’est la reprise !!
Le 6 octobre 2020, par Mortal

Émission s15e10 − Final !!
Le 1 juillet 2020, par Mortal

Émission s15e09 − Metroidvania
Le 21 juin 2020, par Mortal


Émission s15e07 − Baten Kaitos
Le 26 mai 2020, par Mortal

Émission s15e06 − Trials of Mana
Le 11 mai 2020, par Mortal



Émission s15e03 − Confinement
Le 25 mars 2020, par Mortal

Émission s15e02 − Darksiders
Le 14 mars 2020, par Mortal


Émission s14e08 − C’est l’heure du bilan
Le 11 décembre 2019, par Mortal

Émission s14e07 − This is a review bomb!!
Le 2 décembre 2019, par Mortal


Émission s14e05 − Fitness en rond
Le 3 novembre 2019, par Mortal




Émission s14e01 − C’est la reprise !
Le 11 septembre 2019, par Mortal


Articles
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 395 : du 19 au 25 octobre 2020
Le 25 octobre 2020, par Gueseuch

Horace : le monde à l’envers
Le 18 octobre 2020, par Gallaxys

Dojo Hebdo 394 : du 12 au 18 octobre 2020
Le 18 octobre 2020, par Gueseuch

Dojo Hebdo 393 : du 5 au 11 octobre 2020
Le 11 octobre 2020, par Gueseuch



Dojo Hebdo 391 : du 21 au 27 septembre 2020
Le 27 septembre 2020, par Gueseuch

Dojo Hebdo 390 : du 14 au 20 septembre 2020
Le 20 septembre 2020, par Gueseuch

Nintendo Direct Mini : Partner Showcase 17/09/2019
Le 17 septembre 2020, par Gallaxys

Dojo Hebdo 389 : du 7 au 13 septembre 2020
Le 13 septembre 2020, par Gueseuch