Le podcast est quand même vachement moins sympa à regarder…

- Gallaxys, toujours aussi pertinent

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !



Émission s23e06 − Sea of Stars
Le 25 mai 2024, par Mortal

Émission s23e05 − Rétro Fighterz
Le 1 mai 2024, par Mortal

Émission s23e04 − Unicorn Overlord
Le 22 avril 2024, par Mortal



Dolphin VS PlayStation2 : l’Armoire à Rêves (s’il en reste)

Nous le savons, les phénomènes de masse sont très rarement inspirés par le meilleur goût et l’intelligence objective. Devons-nous rester bouches bées à avaler bêtement les inepsies des firmes les plus puissantes au niveau commercial?

Sony vient d’enterrer son fondateur et président, alors que Nintendo vient de lever un voile sur sa future console. Certains y verront probablement un signe et pourront même lancer des rumeurs : «Oh!! le vieux n’a pas supporté l’annonce de Big N!!» Oh ! Certes, je sais que cela n’est pas de bon goût, mais n’y a-t-il pas là quelque chose à creuser?

Cette guerre pour la domination de l’industrie du jeu vidéo (affirmation lancée par Sony) ne se situe pas au même niveau philosophique. Nintendo et Sony n’ont pas, en effet, la même vision des choses. Bien sûr, les deux géants japonais essaient d’imposer leur machine dans le souci de récolter le plus de $$$ possible mais selon deux approches différentes.

Sony est une sorte de rouleau compresseur, plus doué dans le marketing que dans le jeu vidéo, quand Nintendo est tout simplement le contraire. Sa force industrielle mise à part, le «McDo» de l’électronique grand public n’a guère d’atouts dans sa manche. Ses produits vendus dans le monde entier ne sont que des améliorations de choses qui, pour la plupart, existaient déjà. La PlayStation en est une des figures de proue (projet CD SNES).

Le succès commercial de sa console ne se doit qu’à un marketing de masse, certes intelligemment réalisé, mais cela n’est que du vent. La PlayStation n’est pas une console de jeu, c’est un objet de marketing avec lequel on peut jouer à des jeux vidéos (pour la plupart médiocres).

Les plus acharnés vous diront que de grands jeux tournent sur cette console et qu’aucune ne s’y compare. C’est vrai, je le leur accorde mais, pour juger, doit-on se référer uniquement à ce qu’il y a de bien? L’objectivité doit-elle s’accomoder des 75-80-90% de merde fleurissant sur cette console?

Et Nintendo dans tout cela, 100% de bonnes choses uniquement? Non, bien au contraire. Un marketing défaillant (du moins pour le marché européen), des choix techniques douteux et une ambition à la baisse sont devenus les boulets trainant aux pieds du moustachu. À vrai dire, seule l’envie de faire de bons jeux vidéos demeure, et c’est bien là la différence.

La force de Nintendo réside dans les erreurs nombreuses que la firme de Kyoto a commises dans le passé. Le jeu vidéo se doit d’être créatif, intéressant, intelligent, innovateur et respectueux des consommateurs. La violence-à-tout-prix résidant dans de nombreux jeux vidéos n’est-elle pas symptomatique de ce manque de créativité? On ne cherche plus à faire de bons jeux mais simplement des jeux qui surenchérrissent dans le domaine de la violence et de la bêtise. Les joueurs ne sont-ils rien de plus que d’«étranges boutonneux au Q.I. aussi élevé que celui d’un chou-fleur» (cit : vive la Bretagne), ou ne sommes-nous que des bulbes rachidiens dans leur expression minimale, juste bons à appuyer sur des boutons?

Nous le savons, les phénomènes de masse sont très rarement inspirés par le meilleur goût et l’intelligence objective. Devons-nous rester bouches bées à avaler bêtement les inepsies des firmes les plus puissantes au niveau commercial?

La fin de ce siècle s’achemine sur une note d’optimisme, deux consoles majeures s’apprêtent à arriver sur le marché. Le jeu vidéo se doit de changer s’il ne veut pas finir comme un produit de consommation insipide. Certains pensent que le joueur n’est qu’une vache à lait à qui on peut vendre n’importe quoi, tandis que d’autres plus respectueux essaient de changer le cours des choses… et la future guerre sera remportée par ceux-là.

Notre société évolue; très permissive dans les années 80-90, elle se doit d’offrir autre chose pour le début de ce siècle. La dérive vidéo-ludique doit suivre cette courbe, et seuls ceux qui comprendront cela mériteront de gagner le combat.

(Remerciements a Genevieve Robert pour la structuration du document)


Par Le_Fennec
Le 13 octobre 1999 | Catégories : Editos

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de Le_Fennec n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de Joy-Con (qui drift) dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 585 : du 10 au 16 juin 2024
Le 16 juin 2024, par Gueseuch

Dojo Hebdo 584 : du 3 au 9 juin 2024
Le 9 juin 2024, par Gueseuch


Dojo Hebdo 583 : du 27 mai au 2 juin 2024
Le 1 juin 2024, par Gueseuch


Dojo Hebdo 582 : du 20 au 26 mai 2024
Le 26 mai 2024, par Gueseuch

Dojo Hebdo 581 : du 13 au 19 mai 2024
Le 19 mai 2024, par Gueseuch

Vite vu : Morbid – The Lords of Ire
Le 18 mai 2024, par Jean-Fulgence

Dojo Hebdo 580 : du 6 au 12 mai 2024
Le 12 mai 2024, par Gueseuch



Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !



Émission s23e06 − Sea of Stars
Le 25 mai 2024, par Mortal

Émission s23e05 − Rétro Fighterz
Le 1 mai 2024, par Mortal

Émission s23e04 − Unicorn Overlord
Le 22 avril 2024, par Mortal