C’est pas une liste, c’est un cimetière.

- Mortal quand on lui présente la liste des jeux SEGA

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Yoshi’s Universal Gravitation (GBA)

Analyse de Yoshi’s Universal Gravitation

Dévoilé peu de temps après Wario Ware Twisted !, ce Yoshi’s Universal Gravitation relance la franchise Yoshi avec un jeu dédié à la cartouche sensitive puisque comme le nouveau Wario Ware sur GBA, cet autre chant de cygne de la portable de Nintendo se joue en inclinant la console. Décidément, il semble que Yoshi a pas mal de points communs avec Wario, puisque en l’espace quelques mois on se retrouve avec deux titres, l’un sur GBA, l’autre sur DS, apportant chacun une toute nouvelle manière de jouer. Alors, après un excellent départ avec Yoshi’s Island et un passage un peu brouillon avec Yoshi’s Story, le dinosaure vert de l’ami Mario est-il toujours un symbole de réussite ?

Mais avant de se pencher sur la principale originalité du titre qu’est son gameplay si particulier, évoquons tout d’abord le concept de l’avancement dans l’aventure, assez singulier lui aussi. En effet, parcourir un niveau sera d’une facilité déconcertante, et se retrouver avec tous les niveaux d’un monde terminés sera l’affaire de quelques minutes. Mais avoir accès au monde suivant, c’est une autre affaire, puisque chaque niveau sera dédié à un personnage particulier, qui imposera un but précis. Ainsi, voici la liste des différents objectifs que l’on pourra trouver dans un niveau :

  • Il faudra récupérer un certain nombre de pièces avant de terminer le niveau.
  • Il s’agira d’éliminer un certain nombre de monstres avant de terminer le niveau.
  • Il faudra gober un certain nombre de pommes avant de terminer le niveau.
  • Il faudra finir le niveau avant un certain temps.
  • Il faudra réussir à terminer le niveau en tuant moins de 4 monstres.
  • Le niveau à la particularité d’être bousillé peu à peu par une machine assez menaçante, il faudra terminer le niveau avant de se faire rattraper par l’engin.

Cliquez Cliquez Cliquez

Et de ces 6 but différents résulte une absence totale de linéarité, d’autant qu’on peut trouver certains niveaux – vers la fin surtout – qui unissent deux personnages et ainsi deux objectifs différents : finir le niveau en récoltant 60 pièces est une chose, le finir en moins de 75 secondes en est une autre, mais alors devoir le finir en récoltant 60 pièces et en moins de 75 secondes, voilà qui complique tout ! De plus, il faut bien prendre en compte que les niveaux sont cette fois-ci divisés en zones : là où dans Yoshi’s Island traverser un anneau fait office de checkpoint, ici, il nous amène dans la zone suivante (et sert aussi, accessoirement, à faire un checkpoint), chaque niveaux étant divisé en 4 ou 5 zones. La conséquence peut se faire sentir : imaginez la gueule que vous tirez lorsque après avoir totalement ratissé la dernière zone, vous découvrez le checkpoint de fin du niveau, et vous vous rendez compte que vous n’avez pas rempli le quota demandé (et bien sûr, pas moyen de retourner dans la zone précédente).

Présentation


Petite présentation classique et réussie, mettant en scène un Bowser qui s’attaque à l’île des Yoshi, dans la ferme intention de foutre la merde un peu partout. La gravité en prend un coup et Yoshi prend les choses en main, et part botter les fesses au grand méchant. La présentation est par ailleurs l’occasion de découvrir que le jeu n’est pas développé en interne mais sort tout droit du studio Artoon, une petite boîte japonaise qui n’a jamais vraiment brillé de par le passé, responsable du très mauvais Blinx sur X-Box. M’enfin, Rare n’était pas non plus un studio important avant de se lancer dans l’aventure Donkey Kong Country, alors, qui sait ?…

Graphismes

On retrouve l’univers pastel et très coloré, à la limite du cel-shading, propre à l’univers Yoshi. C’est très beau, c’est mignon, c’est propre, c’est parfaitement animé et très réussi dans l’ensemble. Un des plus beaux jeux de la console, tout simplement.

Audio

Là encore, l’héritage Yoshi’s Island (et accessoirement, Yoshi’s Story) se fait ressentir. Des musiques plutôt classiques mais parfaitement dans l’ambiance, très proches de ce dont on avait droit sur SNES. Rien à redire.

Maniabilité


Une fois de plus, c’est ici que l’on rentre dans le vif du sujet. Tout d’abord, notre bon vieux Yoshi se manie de manière très classique : bouton A pour sauter, que l’on peut laisser appuyer pour flotter un peu dans les airs, bouton B pour donner un coup de langue, et la croix pour se déplacer. Ca s’arrête malheureusement là : pas de saut-pillon, et surtout, pas de possibilité de garder les œufs que l’on a pondu : ils disparaissent aussi tôt. Oubliez donc le lancer d’œufs : c’est exclu…

Mais le principal, c’est bien entendu cette fameuse cartouche à détecteur de mouvements, qui s’utilise en inclinant la console vers la gauche et vers la droite. Et là, miracle, c’est le niveau que l’on dirige. Vous arrivez face à un mur bien droit et bien haut ? Qu’importe ! Inclinez donc la console, et ce mur ne devient plus qu’une pente sur laquelle Yoshi peut tranquillement marcher. Un gros rocher se trouve sur votre passage ? Montez donc dessus et inclinez la console pour que le sol plat devienne une pente, et que le rocher avance, écrasant tout sur son passage. Et force est de constater que les p’tits gars de chez Artoon ont parfaitement su exploiter le phénomène : au bout de quelques minutes, on maîtrise totalement le principe, et on "dirige" le niveau en plus de diriger Yoshi. Les grands précipices ne sont plus des obstacles : par exemple, il suffit simplement d’incliner la console dans le bon sens pour aider Yoshi à faire un saut trois fois plus grand que ce dont il est capable normalement.

Cliquez Cliquez Cliquez

Et, cerise sur le gâteau, on se retrouve avec des transformations, nouvel héritage de Yoshi’s Island. Généralement, durant ces transformations qui durent le temps d’une zone, on ne dirige plus Yoshi mais uniquement le niveau, un niveau qui dirige de lui-même Yoshi. Par exemple, transformé en bateau, c’est l’eau que l’on contrôle, et suivant le sens dans lequel on incline la console, on fait monter ou descendre notre Yoshi pour que ce dernier récupère les pièces parsemant le niveau, tout en évitant les obstacles. A d’autres moments, Yoshi se transforme en ballon, qui ne fera que bêtement chuter. Là encore, il faut faire tourner le niveau dans tous les sens pour faire tomber Yoshi sur les pièces et non sur les pièges. Allez, un dernier exemple pour la route : il arrivera aussi à Yoshi de se transformer en une bête boule, inclinez donc le niveau pour le faire rebondir vers les pièces avant de tomber sur l’anneau de fin de zone. Ce n’est pas compliqué : de cette maniabilité extravagante de prime abord résulte en réalité une expérience unique.

Durée de vie

C’est ici que les choses se gâtent. Tout bonheur a une fin et celle de Yoshi’s Universal Gravitation vient un peu vite. Rien de terriblement dramatique non plus : on approche les 40 niveaux et l’on y reviendra avec plaisir pour tenter d’obtenir une médaille d’or dans chaque niveau, bien que la plaisir en question s’escompte lui aussi un peu trop vite. Mais même 40 niveaux, avec un concept comme celui-ci, ça fait plutôt court, d’autant que finalement il n’y a pas tant de quêtes annexes que ça, puisque que pour obtenir une médaille d’or dans un niveau il faut simplement compléter la totalité de l’objectif demandé (par exemple, si l’on vous demande de trouver 60 pièces, le niveau en comporte peut-être 80, et il faut donc obtenir ces 80 pièces). On est donc assez loin des nombreux objectifs de Yoshi’s Island que sont les pièces rouges, les fleurs, les étoiles et tout le tralala. Bref, on reste un peu, voir beaucoup, sur notre faim, avec la sensation de ne pas avoir eu l’occasion d’exploiter complètement cette expérience…

Cliquez Cliquez Cliquez

En bref…


S’il fait un peu peur au départ, ce Yoshi réussit sur toute la ligne son pari d’être un jeu de plate-forme défiant la gravité, où le niveau est entièrement interactif grâce au capteur de mouvements. L’ingéniosité du level design impressionne, et le concept des objectifs différents à chaque niveau fait perdre toute linéarité au jeu ; à cela s’ajoute un gameplay novateur et efficace. Dommage que l’on ne retrouve pas la possibilité de lancer des oeufs, que le jeu ne propose qu’un boss final, là où Yoshi’s Island en proposait 2 par mondes, et surtout, dommage que ce jeu soit si court. Au final, ce Yoshi est un jeu ambitieux dans son gameplay et qui remplit son contrat, mais qui manque tout de même de sacrément d’ambition dans sa profondeur. Les faits sont toutefois là : cela reste une oeuvre sympathique, et surtout une expérience unique…

Les plus

+ La maniabilité au poil
+ L’original concept d’objectifs divers
+ Le gameplay novateur réussi
+ La qualité graphique
+ Le level design

Les moins

– Bien trop court

– Un seul boss

– Pas de lancer d’œufs

– Pas de véritables "quêtes annexes"

– Pas suffisamment ambitieux

La note

7/10


Par The_lascar
Le 8 janvier 2005 | Catégories : Analyses

Moi j'aime pas les citations ! :grognon:
Voir les articles de The_lascar

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 424 : du 10 au 16 mai 2021
Le 16 mai 2021, par Gueseuch

Satellaview : Kirby’s Toy Box
Le 10 mai 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 423 : du 3 au 9 mai 2021
Le 9 mai 2021, par Gueseuch

Satellaview : BS The Legend of Zelda
Le 5 mai 2021, par Tardigrade



Dojo Hebdo 421 : du 19 au 25 avril 2021
Le 25 avril 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 420 : du 12 au 18 avril 2021
Le 18 avril 2021, par Gueseuch


Dojo Hebdo 419 : du 5 au 11 avril 2021
Le 11 avril 2021, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal