My name is Reggie, I'm about kicking ass, I'm about taking names, and WE'RE about making games!

- Reggie Fils-Aimé

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


The Legend of Zelda: Spirit Tracks (NDS)

Analyse de The Legend of Zelda: Spirit Tracks

Après un Phantom Hourglass, certes très bon et très innovant, mais un peu court, la portable de Nintendo accueille son deuxième Zelda : Spirit Tracks. Même si l’esprit reste le même, ce Zelda change fondamentalement de son prédécesseur par son univers, celui du train…

Train-train quotidien (oui, je sais, c’est facile)

Spirit Tracks prend donc place dans un univers un peu curieux pour un Zelda, d’autant plus qu’on a été habitué à de l’heroic-fantasy depuis le commencement. Il est alors surprenant de découvrir Link dans un Hyrule où tout dépend des trains (heureusement que cela reste de la fiction : vous imaginez un monde où tout dépendrait de la SNCF ^^ ?). Mais il vrai qu’en dehors des culs-de-jatte à roulette ou Locomos pour les puristes, l’ensemble de l’univers est assez cohérent et finalement on se prend au jeu du conducteur de train et on se laisse volontiers embarquer sur les rails de l’aventure.

D’autant plus que finalement, la structure du jeu a assez peu changé depuis Phantom Hourglass : quatre portions de carte, un temple centrale et des donjons périphériques. Et si les rails brident un peu la liberté de se déplacer (enfin, c’est très relatif puisque finalement on voyageait d’île en île auparavant, ça ne change donc pas grand chose), ils permettent d’introduire un mécanisme astucieux pour encourager le joueur à faire des quêtes secondaires. Ces dernières sont en effet indispensables pour ouvrir de nouvelles voies qui simplifient les déplacements. Dommage que la plupart des quêtes intéressantes ne puissent être effectuées qu’aprés l’un des derniers temples…

Bienvenue en 1ère classe

Les donjons justement parlons-en. J’avais reproché à Phantom Hourglass d’être un peu facile et bien laissez-moi vous dire que Spirit Tracks relève largement le niveau ! Alors certes, les premiers temples sont simples et se terminent très rapidement, mais les derniers sont corsés et forcent le joueur à faire preuve d’ingéniosité pour en arriver à bout. Mention spéciale aux différents fantômes que peut incarner Zelda (contrôler deux personnages en simultanée, donc un qui peut avoir autant de propriétés différentes, c’est vraiment une idée de génie !) ainsi qu’au fouet-serpent, une variante un peu plus intéressante du sempiternel grappin.

D’un point de vue purement technique, la présentation a été grandement améliorée, adoptant un style pastel très agréable dans les menus. L’ergonomie a aussi été légèrement améliorée et la lisibilité de la plupart des différentes phases de jeu (combats, exploration, carte du monde, etc…) est également légèrement meilleure (à moins que ce ne soit l’effet DSi XL ^^). On sent par contre clairement que la DS commence à atteindre ses limites lorsque l’on conduit le train : les décors sont beaucoup plus détaillés que dans Phantom Hourglass mais cela se paye très cher (pixellisation à outrance, détails très grossiers de certaines textures et ralentissements pénibles par moment).

Et pour couronner le tout, la musique est enfin à la hauteur d’un Zelda : non seulement, Link hérite d’un nouvel instrument de musique (une flûte de pan) à l’utilisation pour le moins originale (c’est vrai que c’est choquant finalement de voir Link sans instrument…), mais en plus la musique même du jeu est vraiment un cran au-dessus des compositions de Phantom Hourglass !

En bref…

Spirit Tracks suit au final dans les voies de son prédecesseur : sans être parfait à tout point de vue (un peu moins réussi techniquement, un peu plus court mais mieux présenté, musicalement plus réussi et proposant un challenge plus relevé), il renouvelle intelligemment Phantom Hourglass tout en se reposant allègrement sur les fondamentaux de ce dernier. Si vous avez aimé le premier, il n’y a aucune raison de ne pas se laisser tenter par le second !

Les plus

  • Toujours aussi ingénieux dans l’utilisation de l’écran tactile/micro
  • Ambiance sonore bien plus réussie que dans Phantom Hourglass
  • Difficulté un poil plus importante
  • Jamais la princesse Zelda n’aura eu autant de charme et de charisme

Les moins

  • Quelques ratés dans l’utilisation de la flûte de pan (31 essais pour arriver à faire quelques choses dans le monde du feu !!)
  • Personnages secondaires assez peu fades (les locomos… hum hum…)
  • Encore plus court que Phantom Hourglass

La note

8/10


Par Mortal
Le 29 mars 2010 | Catégories : Analyses

En tout cas, moi, si j'étais une fille, je serais facile.
Voir les articles de Mortal

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 414 : du 1er au 7 mars 2021
Le 7 mars 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 413 : du 22 au 28 février 2021
Le 28 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 412 : du 15 au 21 février 2021
Le 21 février 2021, par Gueseuch

Nintendo Direct 18/02/2021 – Le résumé un peu concon
Le 20 février 2021, par MectonLaFlemme

Dojo Hebdo 411 : du 8 au 14 février 2021
Le 14 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 410 : du 1er au 7 février 2021
Le 7 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 409 : du 25 au 31 janvier 2021
Le 31 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 408 : du 18 au 24 janvier 2021
Le 24 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 407 : du 11 au 17 janvier 2021
Le 17 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 406 : du 4 au 10 janvier 2021
Le 10 janvier 2021, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal