Un train en retard ne rend pas le service rendu.

- KirbyX, dont la routourne a visiblement tourné

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Star Wars Rogue Squadron II : Rogue Leader (NGC)

Analyse de Star Wars Rogue Squadron II : Rogue Leader

Je crois que c’est le jeu que j’ai le plus attendu sur Gamecube : je suis un vrai fan de Rogue Squadron premier du nom et il me paraissait inconcevable de passer à côté de ce deuxième. Je pense que je ne vous apprend rien si je vous dis que c’est le jeu le plus vendu pour la sortie du Gamecube en Europe et très franchement cela ne m’étonne pas tant le soft est de qualité !

Le principe du jeu n’a pas bougé d’un iota (ou presque) depuis Rogue Squadron sur cette bonne vieille N64 : on incarne un membre du Rogue Squadron et l’on doit mener le groupe à la victoire contre l’Empire. La nouveauté principale, sur ce point, c’est que Luke Skywalker n’est plus le personnage principal : on aura souvent à piloter avec Wedge Antilles. Ça n’a évidemment rien de gênant et ça doit sûrement soulager Luky (maintenant, c’est plus lui qui se tape tout le boulot !).

La véritable innovation vient d’ailleurs : vous pouvez désormais donner des ordres à vos coéquipiers pour que ceux-ci se concentrent plus sur telle ou telle cible, qu’ils vous protègent ou encore qu’ils prennent la fuite (ne rigolez pas, c’est très utile dans certaines situations !). Même s’il est relativement limité (grosso modo on ne peut donner que 4 ordres), ce système permet une certaine souplesse dans les missions et on peut alors tranquillement abattre des tourelles pendant que le reste de l’escadron occupe les chasseurs. Ne croyez pas pour autant que vous allez pouvoir donner des ordres à tout le monde et vous tournez les pouces : l’intelligence artificielle de vos coéquipiers a été revue à la hausse (pas difficile de faire mieux que dans Rogue Squadron), mais ce ne sont toujours pas des tireurs d’élite. Pour résumer vos camarades sont certes plus intelligents et plus utiles (ils sont très bien pour faire diversion ;o), mais ce n’est pas pour ça qu’il ne faudra pas vous farcir l’essentiel du travail.

Une autre nouveauté qui fait vraiment beaucoup de bien : l’ordinateur de visée. Le puriste de Rogue Squadron (présent !) n’en voit d’abord pas tellement l’intérêt : si on appuie sur le bouton Y, on rentre dans le cockpit et un écran jaune nous montrera les cibles principales en jaune et les autres cibles en violet. En fait, j’ai compris sa réelle utilité quand je suis arrivé dans la mission Corridor d’Ison : dans le brouillard d’une nébuleuse, il est très difficile de repérer les ennemis sauf avec cet ordinateur de visée ! Il a donc deux fonctions principales : permettre le repérage rapide des cibles principales et améliorer la visibilité dans certains niveaux où on distingue difficilement les ennemis du décor. Le seul hic, c’est qu’on ne peut pas l’utiliser à volonté : si on veut récolter les médailles, on est obligé de le laisser de côté.

Le seul et unique défaut notoire du jeu (ça n’a pas été facile d’en trouver un) est le fait que le scénario soit un peu léger. Dans Rogue Squadron, il y avait 17 missions principales qui suivaient une histoire bien construite. Ici, c’est un peu décousu et on a du mal à savoir quel est le fil conducteur de l’aventure. On a plus l’impression d’enchaîner des missions, sélectionnées parmi celle que l’escadron Rogue accomplit, que de suivre un véritable scénario. Mais je pense que tout le monde pardonnera ce léger défaut tant les missions sont prenantes (même si elles manquent de liens les unes avec les autres).

Graphismes

Deux mots : OH PU-TAIN !

Je ne vois pas trop ce qu’il y a à rajouter : les menus sont magnifiques, tout animés avec des extraits de film dans le fond ; tous les niveaux sont superbement faits, on se croirait vraiment plongé dans une scène de la Triologie par moment ! Les animations des vaisseaux, les effets de lumière et d’ombre, etc… La liste de tout ce qui est graphiquement parfait est longue et je crois que les deux simples mots du début résument très bien tout ce que je pense du rendu graphique de ce jeu.

Audio

J’aurais pu mettre les mêmes deux mots que plus haut pour décrire l’aspect sonore de Rogue Leader : c’est tout simplement époustouflant ! Les bruitages sont impressionnants, la musique vous plonge totalement dans l’ambiance ! Et le son est de qualité CD, c’est incontestable !

En plus, comme si tout cela ne suffisait pas, toutes les voix sont en français ! Fini les petits sous-titres à la noix de Rogue Squadron, on peut tout comprendre d’un coup !

Les thèmes musicaux sont très variés : certains reprennent ceux de la Trilogie, d’autres sont complètement inédits. Et tout cela colle parfaitement à l’action et au décor ! Dans un niveau sombre, vous aurez une musique sombre, plus grave, plus sourde, plus dans le fond. Quand l’action que l’on effectue est critique pour la mission, les tonalités musicales se font plus stressantes avec des basses et des roulements de tambours sur un rythme très élevé.

Maniabilité

La prise en main est très rapide : n’importe qui est capable de comprendre rapidement à quoi servent toutes les touches du pad. A noter que les touches analogiques L et R sont très bien exploitées : c’est elles qui régulent le freinage et l’accélération. Cela permet une plus grande souplesse dans les manœuvres et surtout on peut poursuivre les chasseurs ennemis beaucoup plus facilement en se calant sur leur vitesse. Certains appareils bénéficient même d’un turbo que l’on peut enclencher en appuyant sur la gâchette droite jusqu’au clic. Je ne saurais que trop vous conseiller de garder ce turbo de côté, pour le cas où la situation deviendrait chaude !

Tout le reste est très bien foutu et l’on voit bien que la manette de Nintendo est parfaite en jouant à Rogue Leader. Le seul reproche qu’on pourrait faire, c’est d’avoir placé une touche aussi essentielle que celle pour faire les tonneaux sur le bouton Z pas forcément évident à utiliser pour celui qui joue pour la première fois au Gamecube.

Pour ce qui est de la difficulté, elle peut paraître à premier abord pas très élevé. Même le joueur débutant pourra arriver à finir le jeu en une vingtaine d’heures maximum (bien qu’il faille être particulièrement habile sur certaines missions). Mais dès qu’il s’agit de récolter des médailles, de finir des missions avec des impératifs de temps ou de précision, c’est une autre paire de manches ! Et là, même le joueur chevronné devra parfois s’avouer vaincu devant la difficulté du niveau… Tout l’intérêt du jeu repose donc sur les médailles, d’autant plus que vous devrez toutes les avoir pour débloquer les niveaux secrets !

En bref…

Pour les fans de Star Wars : un must-have. Pour les possesseurs de Gamecube : un jeu quasi-indispensable, en phase de devenir culte ! Bien sûr, pour tous ceux qui ne connaissent pas bien la Trilogie et qui ne veulent pas la connaître, l’intérêt est limité.

Je pense que ce jeu est le digne successeur de Mario 64 dans le rôle de la claque. Un jeu qui restera probablement gravé dans l’histoire du jeu vidéo.

Les plus

Les moins

La note

9/10


Par Mortal
Le 8 mai 2002 | Catégories : Analyses

En tout cas, moi, si j'étais une fille, je serais facile.
Voir les articles de Mortal

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 429 : du 14 au 20 juin 2021
Le 20 juin 2021, par Gueseuch

Satellaview : UNDAKE30 Same Game
Le 18 juin 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 428 : du 7 au 13 juin 2021
Le 13 juin 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 427 : du 31 mai au 6 juin 2021
Le 6 juin 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 426 : du 24 au 30 mai 2021
Le 30 mai 2021, par Gueseuch

Satellaview : Sutte Hakkun
Le 25 mai 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 425 : du 17 au 23 mai 2021
Le 23 mai 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 424 : du 10 au 16 mai 2021
Le 16 mai 2021, par Gueseuch

Satellaview : Kirby’s Toy Box
Le 10 mai 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 423 : du 3 au 9 mai 2021
Le 9 mai 2021, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal