C’est pas une liste, c’est un cimetière.

- Mortal quand on lui présente la liste des jeux SEGA

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !

Émission s19e10 − Final de Saison !
Le 29 juin 2022, par Mortal






Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Star Fox 64 (Lylat Wars en Europe) (N64)

Analyse de Star Fox 64 (Lylat Wars en Europe)

En 1997, durant l’été, Nintendo sort un autre de ses jeux qui a aussi été victime d’interminables délais, c’est-à-dire Starfox 64. Des opinions pour le moins contreversées sont le menu pour les revues du jeu, et je désire avec cette analyse faire une retour dans le temps et vous livrer mes commentaires sur ce jeu…

Starfox 64 est sorti avec un petit gadget ingénieux qui ne pouvait que sortir des mains habiles et des cerveaux ingénieux de chez Nintendo. Ce bidule, c’est le désormais célèbre Rumble Pak. Le jeu vous fait ressentir le jeu à l’aide d’un moteur qui vibre sous le coup de chaque explosion, chaque percution de structures, de façon ou subtile, ou vous avez l’impression que la manette va vous sortir des mains. ;-) En tout, c’est amusant et original.

Graphismes

Excellente animations, environnements impressionnants, déroulement fluide, textures moyennes, explosions géantes mais laides. Ça résume. Les effets spéciaux sont somptueux, avec des effets de lumières subtils, des réflections somptueuses, les gazs qui s’échappent des Arwings, tout est très bien réalisé, dans le standard de Nintendo. Particulièrement impressionant aussi est le nombre d’ennemis qui sont à l’écran… tout en continuant d’agir intelligement. Personnellement, je les trouve bien réussis, particulièrement pour la première génération de logiciels.

Audio

Les effets sonores sont très impressionants. Les bruits des vaisseaux, des crash, des lasers, des explosions… tout sonne plus vrai que nature. Mais, encore mieux, c’est que tous les personnages parlent en fréquence radio. Donc, chacun a quelque chose à dire, c’est plus de 30 minutes de voix, sur une cassette en plus! Il n’y a que Slippy qui me tape sur les nerfs…

La musique? Elle semble avoir souffert de toute la voix sur la cassette. Bien sûr, elle n’est pas à la hauteur des compositions originales de Koji Kondo mais elles sont quand même très apréciable, et si vous n’aimez pas la musique c’est votre problème, moi je l’aime bien.

Maniabilité

Le machiavélique Docteur Andross, qui fait des expériences bio-chimiques et tente de créer de nouvelles formes de vies qui n’ont pas toujours des intentions très catholiques, est envoyé en exil sur la planète la plus à l’écart, Venom, pour avoir tenté de mettre fin à Corneria. Remarquant des activités suspectes dans le coin de Venom, le capitaine Pepper envoie James McCloud, Peppy Hare et Pygma Dengar pour enquêter. Arrivé à Venom, Pigma fausse compagnie, les deux autres sont kidnappés, James est tué, Peppy peut s’échapper. Puis, peu à peu, planète par planète, Andross s’empare du système. Cette fois, le fils de James McCloud, Fox, aidé de ses trois alliés Slippy, Peppy et Falco, va tenter de sauver le système de Lylat.

Comme tous les jeux de tirs, Starfox 64 a une fin, et peut sembler répétitif à la longue. Pour être sûr de ne pas vous ennuyer trop vite, Nintendo a ajouté un système de branchement qui fait que vous avez à choisir quel chemin vous prenez, 15 planètes différentes, un mode all-range où vous n’êtes pas limités à un corridor mais vous avez liberté de mouvement, et trois véhicules différents. Tout cela contribue à augmenter la valeur de rejoue mais comme tous les jeux Starfox 64 a une fin… eh oui.

Le jeu est relativement facile, surtout pour se rendre à la fin… environ 40 à 60 minutes… mais obtenir les extras, comme les médailles ou tenter de triompher du mode difficile s’avèrent être des exploits. Comme vous avez 15 planètes, vous êtes certains de faire plusieurs parties… et vous devrez trouver les secret qui vous permettra d’atteindre les planètes plus difficiles!

Nintendo a cru bon d’ajouter un mode multi-joueurs, qui est très bien, mais pas aussi effrené que Goldeneye par exemple… vous risquez de vous tanner rapidement de tourner en rond, faire des demi-tours et des u-turns… bref, un mode multi-joueurs moyen…

Le contrôle est excellent, très intuitif, et ne vous laisse jamais tomber. Vous pouvez aussi faire plusieurs acrobaties pour éviter les ennemis ou les lasers. En bref, le contrôle est excellent!

En bref…

Starfox 64 est un bon jeu de N64, toujours dans la tradition de Nintendo, mais sans ses points faibles… le meilleur jeu de tir pour la N64 sans aucun doute… un must-buy pour les fans de ce genre de jeu!

Les plus

Les moins

La note

9/10


Par Mathieu_Menard
Le 31 décembre 1999 | Catégories : Analyses

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de Mathieu_Menard n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de wiimote dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 488 : du 1er au 7 août 2022
Le 7 août 2022, par Gueseuch


Dojo Hebdo 487 : du 25 au 31 juillet 2022
Le 31 juillet 2022, par Gueseuch

Fire Emblem 3 Hopes – Déboitage lavable en machine
Le 25 juillet 2022, par MectonLaFlemme

Dojo Hebdo 486 : du 18 au 24 juillet 2022
Le 24 juillet 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 485 : du 11 au 17 juillet
Le 17 juillet 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 484 : du 4 au 10 juillet 2022
Le 10 juillet 2022, par Gueseuch

Death’s Door (NS)
Le 9 juillet 2022, par Mortal

Vite vu : Wreckfest (NS)
Le 8 juillet 2022, par Mortal

Concours 2022, tout ce qu’il faut savoir
Le 6 juillet 2022, par Mortal


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !

Émission s19e10 − Final de Saison !
Le 29 juin 2022, par Mortal






Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal