Les hommes politiques sont marrants. Encore que je ne pense pas qu'ils nous feront un jour autant marrer qu'ils nous emmerdent.

- Coluche

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !




Émission s22e07 − On fait le bilan !
Le 23 décembre 2023, par Mortal

Émission s22e06 − Super Mario RPG
Le 9 décembre 2023, par Mortal


Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !

Direct du 2024-04-09 sur Splatoon (Wii U)
Le 14 avril 2024, par Jean-Fulgence




Direct du 2024-04-05 sur Unicorn Overlord (NS)
Le 8 avril 2024, par Jean-Fulgence


Okami (Wii)

Analyse de Okami

Ce fut long, ce fut même très long. Pratiquement un an et demi que le jeu traîne sur mon étagère sans que j’arrive à me motiver pour le finir… jusqu’à aujourd’hui. Comment ça ? Un jeu supposément si exceptionnel ? Comment peut-on peiner à y jouer ?

Va cou-couche panier !

Okami partait pourtant bien : un style graphique unique témoignant d’une vraie direction artistique, une durée de vie à la hauteur de ses ambitions, l’utilisation originale de la magie à travers les pouvoirs du pinceau et une bande originale tout simplement renversante. Oui, tout partait bien… Pourtant au bout de quelques minutes de jeu, l’enthousiasme redescend déjà d’un cran : les graphismes "dessin" nuisent considérablement à la visibilité de l’action ; pis, ils contribuent à handicaper le joueur dans certaines conditions et ils deviennent carrément ophtalmophages à la longue.

D’ailleurs, à propos d’action, les combats sont très confus et particulièrement répétitifs. Ça pourrait aller si l’on était pas obligé de subir des combats pseudo-aléatoires (comprenez, on voit les ennemis et on peut (difficilement) les éviter) sur pratiquement tous les terrains du jeux. Comme si ça ne suffisait pas, les armes hors rosaires (épées et boucliers) sont extrêmement difficiles à manipuler, ce qui fait qu’on les abandonne rapidement.

Il n’y a que les combats contre les (rares) boss qui permettent de vraiment s’amuser… Dommage que la structure des donjons qui les enferment soit aussi foireuse. D’abord, on a du mal à savoir quand on est véritablement dans un temple et ensuite, ils sont en général assez linéaires, parfois très mal foutus (pourquoi donc la carte du donjon est toujours située à la fin de ce dernier ?), même s’ils proposent souvent des énigmes originales.

Méchant le chien ! Méchant !

Si seulement il n’y avait que ces problèmes-là. La partie exploration/aventure souffre aussi de pas mal de lacunes, à commencer par un scénario qui tient difficilement la route : arrivé à la quinzaine d’heures de jeu, on bat enfin Orochi, le grand méchant dont on nous rebat les oreilles depuis le début, (et qu’on affrontera sous la même forme exactement deux autres fois, vive l’originalité !) pour apprendre que "Tu n’as pas encore tous les pouvoirs du pinceau, si on allait les chercher ? Qui sait quelles aventures on va vivre chemin faisant LOL !". J’exagère un peu mais j’ai franchement eu l’impression de jouer 3 scénarii différents qu’on a tentés tant bien que mal de lier entre eux pour faire un tout.

Les trop nombreux PNJ du jeu n’aident pas vraiment non plus. On a beaucoup de mal à savoir si un personnage est capital ou au contraire complètement inutile. Et le fait que tous aient des noms à consonnances asiatiques difficiles à retenir ajoute encore à la confusion.

Je terminerai en parlant des quêtes annexes qui sont malheureusement à la hauteur du reste du jeu : ennuyeuses au possible. Ça tourne toujours plus ou moins à la collectionnite d’objets divers ou de monstres à abattre avec bien sûr la frustration quasi-systématique de ne jamais trouver le dernier élément, sans parler des récompenses pas toujours à la hauteur de l’effort. Dans ces conditions, la longue et linéaire quête principale passe lentement… très lentement…

En bref…

Ce n’est pas parce qu’on a une direction artistique intéressante, un univers singulier et une réalisation largement au-dessus de la moyenne qu’on fait un bon jeu. La seule chose que je sauverais dans Okami, c’est la musique qui est tout bonnement exceptionnelle. Mais au final, le jeu a tellement de défauts qu’il en devient presque trop long et j’ai personnellement eu toutes les peines du monde à arriver jusqu’à la queue de poisson qui sert de fin. Les raisons de l’échec commercial d’Okami ? Peut-être bien le bouche-à-oreille…

Les plus

  • La musique (et j’insiste, c’est vraiment ÉNORME !)
  • Un ou deux boss intéressants
  • Le design assez particulier des ennemis…

Les moins

  • Style graphique fatigant pour les yeux et handicapant dans certains cas
  • Quête principale décousue et linéaire
  • Quêtes annexes sans intérêt
  • Trop de blabla
  • Vraiment beaucoup trop de blabla !!
  • Des PNJ pas toujours bien utiles…

La note

3/10


Par Mortal
Le 30 novembre 2009 | Catégories : Analyses

Je le couperai au montage…
Voir les articles de Mortal

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 576 : du 8 au 14 avril 2024
Le 14 avril 2024, par Gueseuch

Dojo Hebdo 575 : du 1er au 7 avril 2024
Le 7 avril 2024, par Gueseuch


Dojo Hebdo 574 : du 25 au 31 mars 2024
Le 31 mars 2024, par Gueseuch

Dojo Hebdo 573 : du 18 au 24 mars 2024
Le 24 mars 2024, par Gueseuch

Vite vu : Mother Russia Bleeds (NS)
Le 18 mars 2024, par Mortal

Dojo Hebdo 572 : du 11 au 17 mars 2024
Le 17 mars 2024, par Gueseuch


Dojo Hebdo 571 : du 4 au 10 mars 2024
Le 10 mars 2024, par Gueseuch



Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !




Émission s22e07 − On fait le bilan !
Le 23 décembre 2023, par Mortal

Émission s22e06 − Super Mario RPG
Le 9 décembre 2023, par Mortal


Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !

Direct du 2024-04-09 sur Splatoon (Wii U)
Le 14 avril 2024, par Jean-Fulgence




Direct du 2024-04-05 sur Unicorn Overlord (NS)
Le 8 avril 2024, par Jean-Fulgence