je v travailler sur mes seins

- EthanQix

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !

Émission s17e10 − Final !
Le 7 juillet 2021, par Mortal

Émission s17e09 − Enfin l’E³ !
Le 30 juin 2021, par Mortal





Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Metroid Prime (NGC)

Analyse de Metroid Prime

Huit ans. Huit longues années à attendre un autre épisode de ma série des séries. Je m’appelle SaMuS et non, je ne suis pas une femme ni un travesti. Je suis celui qui a cru que Samus Aran elle-même était un homme tout au long du premier chapitre de la saga que je qualifierais de classique incontournable.

Tout comme plusieurs fans de Metroid, j’en ai presque pleuré durant l’ère assez tranquille de la N64 : Metroid n’était pas au rendez-vous. On nous avait même dit qu’il serait presque impossible de voir une suite de mon histoire tant adorée.

Nintendo, comme d’habitude, m’a fait patienter, et comme je le disais, l’a fait pendant 8 années. Mais quand « Big ‘N’ Daddy » vous gâte, il sait le faire plus que votre propre paternel ; deux Metroid (1 sur GBA, l’autre évidemment sur NGC) sont apparus le mois dernier, le 18 Novembre, pour être exact.

Metroid Fusion a tout d’un classique de la série : il suit l’histoire depuis la fin de Super Metroid, le 3e dans la chronologie, et rappelle magnifiquement comme il est bon de se balader dans l’univers d’un Metroid à la 2D. Mais je sais que ce n’est pas Fusion qui vous intéresse aujourd’hui.

Le sujet : Metroid Prime. Un monde exactement semblable aux autres Metroid, qu’on le veuille ou non. Exactement le même feeling, le même esprit, les mêmes sentiments d’angoisse, de peur, de claustrophobie, mais d’une plus grande profondeur, en plus intense. Retro Studios et Nintendo, les deux capitaines de cet énorme navire qu’est Prime, avaient comme tâche de faire la transition de la 2D à la 3D, et probablement personne d’autre n’aurait pu le faire d’une manière si parfaite.

Il est difficile de décrire le phénomène qui se présente à nous et c’est pourquoi l’analyse de Metroid Prime que je vous présente aujourd’hui à un but bien spécial : vous expliquer du mieux que je pourrai la transition qui a été faite. Allez, assez perdu de temps, commençons !

Présentation

La merveille. L’extase totale. Quelle excellente présentation. Aussitôt la console allumée, on remarque que la caméra nous emmène dans le centre d’un genre de vie organique assez complexe en sa matière. La musique commence doucement, et on reconnaît tout de suite le thème remixé de Metroid, premier du nom. Quelle satisfaction!

Immédiatement, vous savez que vous êtes embarqués pour une aventure pas comme les autres. Le jeu parle pour lui-même. Ces composantes biologiques en fond d’écran, encore cette musique d’ambiance nostalgique, vous indiquent que Metroid Prime vous offrira une qualité hors-paire, une de celles qu’on ne retrouve que dans un titre comme Zelda par exemple. Une présentation mystérieuse, envoûtante, qui semble nous obliger à regarder attentivement l’animation qui est à l’écran, à ressentir la musique qui nous entoure, une introduction voulant nous apporter dans quelque chose de nouveau mais d’ancien en même temps. C’est très difficile d’expliquer la sensation qui nous est donné ; je n’ai jamais eu ce sentiment auparavant, surtout que vous parlez en ce moment avec le grand fan parmis les grands fans de Metroid.

Si vous osez ne pas appuyer Start et laisser le jeu aller de bon vent, probablement que Samus vous montrera un endroit secret de Tallon IV, comme un missile caché, un add-on trop cool, un ennemi qui vous fait peur, une porte que vous aurez certainement à ouvrir durant votre quête. Enfin, vous pourriez un peu couper votre plaisir car un « spoiler » pourrait bien se montrer. Appuyez sur Start je vous en prie, et choisissez l’une des trois entrées disponibles pour commencer une partie!

Graphismes

Comment est-il possible d’être témoin de graphismes si impressionnants ? Le travail exécuté pour le moteur de Metroid est sans aucun doute, le meilleur jamais construit à ce jour pour la perspective FPS. L’animation est extrêmement fluide, détaillée, pleine de vie. Aussitôt le vaisseau de notre téméraire amie posé sur le vaisseau des Pirates, Samus fait son super saut pour atterrir sur la première plate-forme qui se présente à nos yeux, c’est comme si c’était un rêve. La caméra se positionne dans le casque, et c’est là que l’on commence à s’apercevoir du temps (et de l’argent!) qui ont été mis pour la conception de ce titre. Le moteur de Metroid Prime vous époustoufle dès les premiers instants, c’est aussi simple que ça. On voit presque tout le vaisseau Pirate depuis cet endroit. Si on tourne la vue du casque vers l’arrière, on y voit aussi le vaisseau de Sam (appellons-là Sam pour faire plus court et plus intime ^^) ainsi que l’admirable design (tout de même) de la planète Tallon IV. C’est tellement impressionnant, si captivant, qu’on en pleure, littéralement. Le mystère nous invite de plus en plus à venir faire notre tour dans le vaisseau et c’est bientôt que vous vous surprendrez à être très curieux tellement les graphismes sont tentants.

Dès les premiers ennemis rencontrés sur la station, vous avez déjà très peur. Vous ne connaissez pas la force de vos ennemis et par la même occasion, vous ne connaissez pas vraiment la vôtre non plus ! Quelques Space Pirates sont étendus par terre, l’ambiance est terrifiante. Des surprises vous attendent quand vous penserez qu’ils seront tous morts. Ces petites bestioles qui coureront le long des murs et qui boufferont la chair entravée des Space Pirates vous surprendront aussi. Très morbides, très vifs. C’est plein à craquer de détails. Les murs, la texture, le design, tous ces facteurs de la station orbitale sont plus que réussis. Il n’existe rien à ce jour sur aucune console qui bénéficie d’une telle délicatesse apportée aux moindres détails.

Par contre, il n’y rien d’impressionnant sur cette station orbitale si on la compare à Tallon IV. Vous faites les premiers pas sur la planète et vous êtes déjà rentrés dans le jeu si profondément que vous n’aurez aucun autre choix : vous arrêter tous les deux pas pour admirer les alentours. La pluie qui tombe a été soignée. Les gouttes sur votre visière se font remarquer dès le début. Cette planète semble vous parler, vous donner envie de la découvrir centimètre par centimètre. Ce monde vous paraîtra hostile, vaste et intriguant. Chaque salle du jeu à son genre et ses qualités. Ce qui vous permettra de vous rappeller de chaque pièce dès que la porte s’ouvre alors que vous n’êtes pas sûr de ce qui est derrière, parce que ça fait 3 jours que vous n’avez pas visité l’endroit. Mais au fur et à mesure que vous avancez dans l’histoire, vous devrez revenir à chaque endroit de plus en plus. Donc il sera quasiment impossible de ne pas connaître toutes les pièces par coeur quand vous en serez aux ¾ du jeu. Classique à Metroid, évidemment.

Vous vous retrouverez dans des mondes de végétations hostiles, dans un monde de lave brûlante, dans de la neige, de la glace, de l’eau extrêmement froide, une base militaire de Space Pirates, des ruines, tout pour vous plaire quoi. Chaque monde, tout comme chaque salle, a aussi son style propre, et dans ceux-ci se cachent ou se découvrent des sous mondes (d’une certaine façon). Les ennemis de chaque monde sont également propres à leur environnement. Seulement, vous verrez à mesure que vous avancez que les Space Pirates se font très nombreux, de plus en plus! La myriade de différents ennemis, les croisements avec cette substance très puissante nommée Phazon, résultent parfois d’une mutation assez surprenante.

Audio

Metroid Prime est muni du meilleur système audio probablement créé à ce jour dans l’industrie. Croyez-le ou non, toute la musique présente dans le jeu a été réalisée avec la technologie MIDI et vous seriez prêt à parier votre compte en banque du contraire. Parfois vous aurez à faire à de la musique d’ambiance, quasi nouvelle-âge, tandis qu’à certains endroits c’est la techno-industrielle qui prend le dessus. Le tout se mélange évidemment très bien avec le reste, à quelque endroit que vous vous trouviez. S’il y a des ennemis près de vous, même si vous ne les voyez pas encore, la musique changera et deviendra très techno pour alimenter votre bataille. Si vous avez terminé d’éradiquer les ennemis que vous avez initialement vus et que la musique techno upbeat est toujours présente, ne soyez pas si rassuré par votre victoire, d’autres vous attendent dans les environs !

Les effets sonores sont aussi vraiment bien organisés. Encore là, bravo ! Tout est très bien balancé, chaque son fait son moine (si je peux me permettre l’expression, et si vous la comprenez ^^). Et il y a de la variété. N’essayez pas de comparer à ce que vous avez vu auparavant car rien n’arrive à la cheville de ces effets. Il y a toujours un bruit de fond dans presque chaque endroit visité, ce qui apporte une grosse partie à l’ambiance. Chaque arme à un son bien défini, le charge beam (spoiler!) a aussi un son très cool. On entend Sam marcher à chaque fois qu’elle fait un pas, on l’entend crier quand elle reçoit de gros coups, elle crie au meurtre quand elle tombe dans la lave et son cri de dernier souffle si vous lui faites perdre la vie (ah mes salauds!) est vraiment triste et semble pénible. Enfin… C’est son cri de mort quoi! Quant aux ennemis, c’est la même chose. La plupart d’entre eux ont leurs effets bien à eux et apportent ainsi une reconnaissance quasiment parfaite de chacun. Que du bon quoi!

Maniabilité

La première partie du jeu est assez courte, assez brève, mais l’idée de cette introduction est carrément excellente. On vous familiarise un peu avec le costume et surtout le casque de Sam, votre visière étant aussi importante que le coeur qui bat dans sa poitrine. Avec cette dernière (la visière, bien entendu), vous découvrirez l’histoire complète de Prime et bien d’autres informations sur Metroid (NES), ainsi que sur toutes les espèces ennemies que vous rencontrerez durant votre périple.

Mais les fonctions de la visière ne s’arrêtent pas ici. Vous devrez l’utiliser pour avoir accès aux nombreux ascenseurs, pour ouvrir des portes, pour savoir ce que les Space Pirates complotent, pour identifier les items découverts (les missiles, les power bombes, les « Space Jump Boots », les nouvelles armes, etc.). Pour en revenir aux scans des ennemis, vous saurez presque tout à propos d’eux : leur origine, leur mutation s’il y a lieu, leurs points forts et leurs points faibles, leurs points de chance et parfois même leur sexe ! Tout ce que vous scannez s’ajoute au « Log Book », auquel vous avez accès en n’importe quel moment depuis le menu quand vous appuyez sur Start.

D’autre part, vous trouverez aussi des upgrades pour la visière de Sam. Oui, vous avez bien lu. Quand vous commencez, vous avez le « Combat Visor » ainsi que le « Scan Visor » qui sont à votre disposition. Ne vous en faites pas, vous en découvrirez d’autres sur votre chemin, notamment le X-Ray visor, qui vous permettra de trouver les nombreux passages secrets qui sont cachés aux quatre coins de la planète Tallon IV.

Les développeurs se sont vraiment dépassés entre la distribution du système de contrôle et votre manette GameCube. Tellement intelligent, bien travaillé, bien conçu. La croix directionnelle vous permettra de changer à la visière voulue, très accessible. Et pour ceux qui croient avoir à faire à un système de contrôle de doom-like, détrompez-vous. Et ne soyez surtout pas dégoûtés du concept, il n’y aurait pas de meilleur contrôle possible. En effet, vous vous déplacez pour aller vers l’avant et l’arrière avec le stick analogique et quand vous voulez simplement regarder aux alentours, vous devez utiliser le bouton « R » pour passer en mode « freelook ». Pour utiliser un mode de déplacement à la « strafe », vous appuyez légérement sur « L » et le tour est joué. Je vous entend déjà dire : « MERDE! ». Patience. Metroid Prime est d’abord et avant tout un jeu d’exploration à la première personne, non un First Personne Shooter, ce qui s’avère très différent. Pour compléter le genre plus action-shooting du jeu, Nintendo et Retro Studios ont affecté au bouton « L » le mode « targeting ». Dès qu’un ennemi apparaît dans votre visière, enfoncez le « L » et vous passerez en mode target automatique. Dans ce mode, votre arme et votre visière seront toujours pointées sur l’ennemi qui vous fait face et en vous déplaçant de gauche à droite, vous bougerez toujours autour de l’ennemi en question. Et sincèrement, ça marche à merveille. Si on se place dans les culottes des fanatiques de FPS, oui, il y a des fois où l’on aimerait pouvoir se déplacer et regarder aux alentours en même temps, mais je ne vois finalement pas l’utilité. Et c’est à cet instant précis que le terme d’exploration prend toute son identité. Quand vous êtes au combat, la seule chose que vous avez à faire est de vous concentrez sur l’ennemi et de le détruire. Quand vous entrez dans une nouvelle pièce, et qu’il n’y a pas d’ennemi à l’entrée par exemple, la première chose logique qui devrait vous venir en tête est de vous arrêter et d’explorer les environs. Sûrement que cette technique va vous permettre de découvrir plein de secrets, encore plus quand vous serez équipé du « X-Ray Visor ». Sur Tallon IV, il serait impossible pour vous de tout voir en vous déplaçant et en regardant en même temps. Vous manqueriez certainement un tas d’items, un tas de scans, ce qui résulterait à un pourcentage vraiment bas à la fin de votre aventure. Justement, parlant pourcentage, il est dans votre intérêt d’essayer de scanner chaque item avant de le ramasser, chaque ennemi avant de le détruire, et même chaque ordinateur, ascenseur, certaines portes, les armes… tout quoi ! Et ce pour avoir un meilleur rendu du jeu. Un effort qui s’avèrera extrêmement difficile, même pour les hardcore gamers.

Le saut de plate-fome à plate-forme n’a jamais été aussi présent dans un jeu avec une perspective FPS, mais il est vraiment facile de s’y faire. C’est pourquoi vous comprendrez qu’à la fin, Retro et Nintendo ne pouvaient sincèrement pas trouver mieux, c’est impossible. Il est si plaisant après un certain temps de sauter partout, que cet aspect du jeu deviendra sans aucun doute un de vos passe-temps préférés avec Sam et l’une des maîtrises les mieux acquises durant votre séjour.

Une des facettes du jeu qui a toujours été la préférée de tous est sans aucun doute la Morph Ball. Elle est définitivement revenue et encore meilleure que jamais. Comme d’habitude, elle vous aidera à traverser les endroits qui sont trop petits pour passer. Elle vous aidera à découvrir des passages secrets que vous ne pensiez pas atteindre grâce à différents upgrades. Mais surtout, ce qu’elle est jolie cette Morph Ball! Un trait de lumière luminescent la suit partout où vous allez ! Vous pouvez vous envoyer en l’air (pas dans le sens que vous pensez) d’une façon très amusante mais ceci requiert aussi une technique synchronisée et approfondie même. Donnez-vous seulement le temps de pratiquer et de vous accoutumer à la chose, et rien ne pourra ensuite vous arrêter!

Plusieurs armes sont à votre disposition dans Metroid Prime et il est très important que vous sachiez à quel endroit est situé chacun d’eux sur votre manette. Et pour se faire, vous naviguez entre chacune d’elle à l’aide du Stick C. Plusieurs ennemis de différents types s’attaqueront à Sam tout au long de l’aventure, et vous devrez savoir exactement où se trouve chacune de vos armes, car plusieurs de ces ennemis ne sont sensibles qu’à un seul type d’armes parmi tous ceux qui seront à votre disposition. Une tactique à adopter à chaque fois que vous trouvez un nouveau « beam » est de l’équiper pour une victoire assurée de presque chaque gros boss que vous rencontrerez. N’oubliez pas que chaque arme à son upgrade, même plus d’un à l’occasion. Expérience inoubliable!

Pour que vous ne vous perdiez pas, un système de carte 3D a été conçu pour que vous sachiez toujours à quel endroit vous vous situez. Chaque salle est unique, de par son concept, de par son ambiance, et chacune porte un nom unique. Il serait franchement plus difficile de concevoir le système autrement. Encore là, les développeurs se sont travaillés les méninges pour apporter le meilleur du meilleur. Quand vous accédez à la carte, celle-ci se déploie tout en 3D, en orange pour les places visitées et en bleu pour les endroits encore inexplorés. C’est ici que chaque nom apparaîtra. À l’aide des deux sticks analogiques, vous pouvez aller de gauche à droite et de bas en haut; avec les autres boutons, vous pourrez avoir une vision globale du monde de Tallon IV et choisir ensuite la partie du monde que vous voulez vérifier avec le système, et vous pourrez même faire un zoom sur chaque pièce, que ce soit un zoom de près ou un zoom de loin.

Plusieurs options s’offrent à vous si vous appuyez sur Start. Vous pourrez voir Sam sous la forme d’un modèle splendide,ou modifier certains aspects du jeu comme les indices qui vous disent toujours où se trouve votre prochaine quête. Il est d’ailleurs préférable de mettre cette option sur « off ». L’aventure se trouvera vraiment plus intéressante et vous pourrez ainsi tirer le maximum de ce qu’est Metroid Prime. Enfin, après un certain temps, vous aurez accès à tout ce que vous avez scanné depuis le menu. Une autre satisfaction garantie signée Retro Studios.

Scénario

Ici, on se sent un peu comme dans Star Wars : Episode I. Seulement, l’idée est encore mieux gérée. Prime suit l’histoire de Metroid (NES), après que Samus Aran ait terminé sa lutte contre Mother Brain, le cerveau aux commandes de toute une infestation de Space Pirates et bien sûr de metroids.

Durant sa bataille sur la planète Zebes contre Mother Brain, Aran avait remarqué que plusieurs vaisseaux étaient en orbite autour de la planète. Après avoir tout détruit sur Zebes et être retourné dans l’espace, la chasseuse de prime s’est intéressée à l’un des plus gros vaisseaux et décida de le suivre, en catimini, jusqu’à l’orbite d’une autre planète nommée Tallon IV. Notre héroìne savait trop bien que les Space Pirates n’avaient pas complètement échoué leur premier plan, ce qui explique les vaisseaux en orbite autour de Zebes et l’un des plus gros d’entres eux se dirigeant vers Tallon IV.

Avec courage et détermination, pour savoir la vérité et empêcher les plans des Space Pirates de se concrétiser, Samus débarque sur le vaisseau en question, en orbite cette fois-ci autour de Tallon IV, et décide de s’embarquer dans l’une des pires aventures qui pouvait l’attendre. Et c’est ici que commence la vôtre.

Durée de vie

Vous devez d’abord terminer le jeu. Même avec le système d’indice activé, vous en aurez pour un bon 25 heures. Si vous le désactivez, je dirais 30-40 heures. Vous n’aurez certainement pas trouvé tout du premier coup non plus. Rappelez-vous qu’on a affaire à Metroid, où 100% du jeu vous donnera des goodies à la fin. Par-dessus le marché, une fois que le jeu sera terminé, un mode hard vous est offert et la difficulté est vraiment…hard. J’en signe un contrat ! Encore plus fort, vous pouvez jouer avec la combinaison de Metroid Fusion, et si vous avez fini Fusion vous aurez accès à Metroid (NES) pour jouer depuis votre GameCube. Presque infinie. Vous y reviendrez encore et encore.

En bref…

Metroid Prime est LE jeu que tout le monde attendait avec impatience sur le Cube. Il a créé une anticipation pure et simple au fil des années, celle de vouloir revoir une des meilleures franchises de Nintendo et avec la transition qui a été parfaitement accomplie, on ne peut qu’acclamer ce qui nous est présenté. N’importe qui, fan ou profane, se doit d’acheter Metroid Prime. Une location vous gâcherait le plaisir. Si vous n’avez pas encore un Nintendo GameCube sous la main, c’est maintenant le moment où jamais de vous le procurer avec la venue de ce titre. Cette année, la référence Nintendo n’est pas Super Mario Sunshine, mais plutôt Metroid Prime. C’est aussi simple que cela. Essayez-le seulement une minute et vous vous sentirez dans l’obligation de le finir tellement il est captivant et brillament conçu.

Les plus

La meilleure transition jamais réussie de 2D à 3D
60 FPS, sans faille aucune
La trame sonore et les effets parfaits
La longueur du jeu
Les boss
Les armes
TOUT!

Les moins

Euh… sérieusement, je ne vois rien qui entrave la durabilité du jeu, son utilisation. Que le titre ne soit pas sorti avant pourrait être ma critique (mais on n’aurait pas un produit fini aussi peaufiné).

La note

10/10


Par SaMuS
Le 16 décembre 2002 | Catégories : Analyses

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de SaMuS n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de wiimote dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 443 : du 20 au 26 septembre 2021
Le 26 septembre 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 442 : du 13 au 19 septembre 2021
Le 19 septembre 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 441 : du 6 au 12 septembre 2021
Le 12 septembre 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 440 : du 30 août au 5 septembre 2021
Le 5 septembre 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 439 : du 23 au 29 août 2021
Le 29 août 2021, par Gueseuch

Ghostrunner (NS)
Le 27 août 2021, par Mortal

Dojo Hebdo 438 : du 16 au 22 août 2021
Le 22 août 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 437 : du 9 au 15 août 2021
Le 15 août 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 436 : du 2 au 8 août 2021
Le 8 août 2021, par Gueseuch



Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !

Émission s17e10 − Final !
Le 7 juillet 2021, par Mortal

Émission s17e09 − Enfin l’E³ !
Le 30 juin 2021, par Mortal





Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal