C'est une tête brûlée, lui, un déglingo, le genre de mec qui enlève les clés USB sans les éjecter…

- Mortal dépeignant Holaf, plein de fougue.

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Metroid: Other M (Wii)

Metroid: Other M

Une chose est certaine : si on m’avait dit il y a 5 ans qu’il y aurait un Metroid réalisé par la Team Ninja, j’aurais probablement bien ri. Et pourtant, il est bel et bien là, et il était chargé de renouveler la licence derrière le formidable travail réalisé par Retro Studio. Pari réussi ?

Metroid: The Movie ?

Samus et ses potes vont se boire une mousse sur la station bouteille…La première chose qui m’a vraiment frappé avec Other M, c’est son scénario. Cela faisait un moment qu’on entendait quelques voix dire qu’il serait temps que Samus Aran soit accompagnée et que le background de ce personnage si emblématique soit enfin un peu plus développé. C’est maintenant chose faite. On en aura jamais autant appris sur la chasseuse de prime et son univers que dans ce jeu. Ceci est d’ailleurs très bien supporté par une mise en scène où l’intégration des cut-scenes et autres cinématiques a été faites avec le plus grand soin, pour ne jamais trancher visuellement, ce qui aurait été du plus mauvais goût.

L’histoire est donc relativement bien ficelé, mais j’ai personnellement eu l’impression d’avoir affaire au scénario d’un Resident Evil plutôt que d’un Metroid, Albert Wesker en moins. Complot, retournement, personnages troubles, situations délicates, morceaux de bravoure à deux balles, réplique typique de la série de Capcom, les similitudes sont réellement troublantes.

Les lieux visités font très curieusement penser à la station orbitale de Metroid Fusion : l’agencement en secteur qui correspondent à des morceaux d’écosystème au cœur de la station, le côté très dirigiste, les contacts constants avec Adam et même les boss puisqu’on retrouvera le terrifiant monstre gravitationnel.

Ne te retourne pas !

… quand soudain un monstre apparaît et gâche la fête !!?!Si l’aspect scénario est donc une réussite, il en va de même pour le gameplay. Enfin, on retrouve une Samus agile, bondissante, parcourrant les couloirs infestés de monstres de la station à une vitesse ébouriffante et en pulvérisant tout sur son passage. Fini le patapouf pataud et lourd sous une armure de plomb que l’on contrôlait dans Metroid Prime, Samus Aran est redevenue aussi véloce que sur SNES et GBA !

Alors certes, la trilogie Prime aura laissé quelques séquels (notamment les séquences à la première personne et les ridicules séquences d’enquête où il faut vraiment chasser le pixel !) et il est difficile de parcourrir le jeu sans repenser aux petites énigmes et pièges, aux scans qui étaient véritablement la marque de Retro Studio et qui manquent cruellement par moment. Mais cette sensation de vélocité de notre héroïne n’a vraiment pas de prix.

D’autant plus, que les combats ont suivi le mouvement également, devenant, moins tactiques mais plus rapides, plus instantanés, plus instinctifs. Du coup, toute la progression du jeu se retrouve fortement dynamisé : une fois la Wiimote en main, on a beaucoup de mal à la lâcher ! Et plus l’on avance vite, plus l’on a envie de continuer l’aventure, d’aller juste un peu plus loin, pour combattre le prochain boss, pour faire avancer une bribe de scénario. Le tout est porté magistralement par une technique impeccable, des décors (même s’ils sont un peu génériques) aux animations.

On pardonnera aisément le côté dirigiste de l’aventure, mais l’astuce scénaristique à deux balles pour priver Samus de son plein potentiel dès le début de l’aventure va en agacer plus d’un. Alors certes, on débloque finalement toujours à temps le rayon ou le missile qu’il faut, et Samus ne passe pas pour une cruche une fois de plus à perdre tout son équipement dès les premières minutes de jeu, mais ça tape parfois sévèrement sur le système.

En bref…

En dehors d’une durée de vie un peu juste et de musiques franchement en retrait, je n’ai pas grand chose à reprocher à Metroid: Other M. Dynamique et palpitant, cela fait très plaisir de retrouver Samus Aran et son univers plus détaillé et immersif que jamais. Même s’il est moins « parfait » que son prédéceseur de Retro Studio, la sensation de retour aux sources manette en main fait vraiment du bien !

Les plus

  • Techniquement au top
  • Combat dynamique et surprenant
  • Ennemis variés, boss gigantesques

Les moins

  • Durée de vie un peu juste
  • Difficulté très insuffisante
  • Quelques choix surprenants de game design (rechargement des missiles, autorisation pour se servir des armes)

4/5 \o/


Par Mortal
Le 25 octobre 2010 | Catégories : Analyses

En tout cas, moi, si j'étais une fille, je serais facile.
Voir les articles de Mortal

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 412 : du 15 au 21 février 2021
Le 21 février 2021, par Gueseuch

Nintendo Direct 18/02/2021 – Le résumé un peu concon
Le 20 février 2021, par MectonLaFlemme

Dojo Hebdo 411 : du 8 au 14 février 2021
Le 14 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 410 : du 1er au 7 février 2021
Le 7 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 409 : du 25 au 31 janvier 2021
Le 31 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 408 : du 18 au 24 janvier 2021
Le 24 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 407 : du 11 au 17 janvier 2021
Le 17 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 406 : du 4 au 10 janvier 2021
Le 10 janvier 2021, par Gueseuch


Dojo Hebdo 404 : du 21 au 27 décembre 2020
Le 27 décembre 2020, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal