La, la, la, la, la le sexe qui chante !

- Zegema en plein essai micro

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Mario & Luigi: Superstar Saga (GBA)

Analyse de Mario & Luigi: Superstar Saga

Après une série de rééditions, Mario et Luigi reviennent dans de toutes nouvelles aventures. Confié à AlphaDream par Nintendo, ce Mario RPG ne réinvente rien mais le mélange de plates-formes et d’aventure est une fois de plus très réussi. Que ce soit l’ambiance délirante ou le gameplay accessible, il y a toujours quelque chose qui vous pousse à continuer, juste pour voir ce que le jeu nous réservera encore comme surprise. Et on n’est pas déçu !

Mario & Luigi: Superstar Saga se présente sous la forme d’un RPG dans la plus pure tradition (enfin presque) des Paper Mario. L’aventure est placée dans un cadre différent du Mushroom Kingdom qu’on connaît tous, mais on s’identifie très rapidement à ces nouveaux personnages qui sont assez attachants pour la plupart. L’humour présent partout, dans les dialogues comme dans le scénario, provoque des situations complètement absurdes et les rebondissements inattendus sont légion. Ici, il ne faudra pas chercher le scénario en béton.

Cliquez Cliquez Cliquez

L’innovation du jeu réside dans un principe d’entraide à deux personnages. Mario et Luigi ne se lâchent littéralement pas d’une semelle, ils sont inséparables. Comme de vrais frères, ils font tout ensemble. L’intérêt de la chose, c’est que les actions possibles ne sont pas les mêmes dépendant de qui vous contrôlez. Par exemple, le saut de base diffère selon que c’est Mario (Luigi rebondit sur Mario et notre duo peut ainsi atteindre les plates-formes situées en hauteur) ou Luigi (Mario grimpe sur Luigi et ils exécutent un saut en longueur en tournoyant : pratique pour traverser les crevasses) qui marche en avant. Et ce n’est que le début car en arrivant au premier village, vous trouverez un marteau qui là non plus, n’aura pas le même effet sur Mario que sur Luigi. Évidemment, d’autres habiletés seront accessibles à mesure que vous progressez.

Cliquez Cliquez Cliquez

Le système de combat a peu changé si ce n’est que le contrôle simultané de Mario et de Luigi apporte quelques différences comme les attaques des adversaires qui sont un peu plus imprévisibles qu’avant. Les combats, dynamiques et remplis de rebondissements, conservent leur intérêt grâce aux actions spéciales à effectuer au bon moment et à des attaques variées. Si votre timing est bon, il est possible d’augmenter la puissance de vos coups, de contrer les attaques ennemies et même de les renvoyer dans certains cas. Le rythme et l’avantage peuvent rapidement changer une fois qu’on a compris le truc. L’autre nouveauté d’importance, c’est les Super Bros. Attack. Elles se composent d’une combinaison de boutons qu’il faut effectuer au bon moment pour un effet optimal. Si on a des Brother Points, on peut les utiliser durant les combats et à différents niveaux de difficultés : le jeu tombe en slow-motion au moment d’appuyer, vous indique quel bouton peser ou même les deux au niveau le plus aisé. Et plus on les utilise et plus elles deviennent efficaces. Les animations sont convaincantes mais le plus drôle reste les mimiques de nos deux italiens quand ils se plantent complètement dans leur chorégraphie !

Cliquez Cliquez Cliquez

On peut reprocher plusieurs choses à ce nouveau Mario. L’aspect RPG reste assez limité et se confine surtout aux combats. De plus, les villages ne sont pas nombreux et peu développés. Enfin, à l’exception de quelques scènes, aucun personnage ne prend vraiment de l’importance. Tout est centré sur les deux héros de l’affiche principale. Les quêtes annexes sont quasi inexistantes et les items suffisent tout juste. Au fond, on a surtout l’impression de se retrouver avec une version bridée de Paper Mario sur GameCube ou sur Nintendo 64.

Présentation



L’ambassadeur du royaume Beanbean rend visite à la princesse Peach mais en fait, sous le déguisement, se cache la terrible sorcière Cackletta avec un cadeau empoisonné ! Un Toad s’échappe discrètement du château et court prévenir Mario et Luigi. Ces derniers accourent sur place (avec Bowser – il n’est jamais bien loin celui-là) et sauvent la princesse. Mais pas avant que la sorcière n’ait réussi à s’enfuir avec la voix de Peach ! La pauvre… Ses tentatives pour parler ne provoquent rien de moins que des explosions maintenant ! Mario, son frère Luigi et Bowser (qui n’a pas accepté qu’un autre que lui ne s’en prenne à sa princesse) décident de former une nouvelle alliance et de rendre une petite visite au royaume Beanbean…

Cliquez Cliquez Cliquez

Nintendo continue à ne pas se prendre au sérieux et nous a pondu un scénario complètement fou ! L’ambiance prend rapidement, c’est du très bon à ce niveau. Toutefois, testé en version américaine (disponible en anglais seulement), le jeu souffre un peu d’une localisation trop poussée et parfois, c’est vraiment difficile de comprendre tous les gags.

Graphismes



C’est pas mal du tout ! Les couleurs légèrement pastelles et le style général sont très agréables. Toutefois, certains lieux font très vides ou encore un peu trop sinistres pour un Mario. De plus, autant globalement que dans les détails, c’est loin d’être aussi riche qu’un Zelda: Minish Cap par exemple. Le style des personnages, à l’exception de quelques uns qui sortent du lot, est correct mais sans plus. Le petit détail qui agace, c’est cet air déformé que Mario et Luigi ont parfois selon leur orientation dans le décor : pas très convaincant pour une production de cette ampleur. En gros, Mario & Luigi: Superstar Saga mélange des trucs très jolis avec des éléments assez faibles pour ne pas dire ratés. Mais bon, on est difficile parce que c’est largement supérieur à ce qui se fait en général sur Game Boy Advance !

Audio

Du côté des musiques, les reprises des anciens hits restent les meilleurs moments. Les nouveautés s’écoutent bien pour autant qu’on ne reste pas trop longtemps au même endroit. Tout de même, après 20 heures de jeu, ça commencera à vous peser sur le système…

Cliquez Cliquez Cliquez

Là où Nintendo a fait fort, c’est dans les bruitages qui sont toujours aussi authentiques et au niveau des voix de Mario et de Luigi. Nos deux héros discutent fréquemment dans un charabia incompréhensible doublé d’un accent italien vraiment rigolo et qui contribue beaucoup au comique des situations.

Maniabilité

C’est pas la peine de vous assomer avec la description des différents contrôles possibles : ce serait vraiment trop long. De façon ultra simplifiée, avec les boutons L et R on sélectionne un type de mouvement pour chaque personnage et avec A et B, on exécute les actions. Le seul truc un peu gonflant, c’est qu’il faut vraiment tout faire en double. Si on saute avec Mario, la console ne fera pas sauter Luigi et inversement. Ce qui fait que la navigation peut être un peu lourde dans les zones de plates-formes et les sauts un peu plus problématiques durant les combats.

Durée de vie

On a droit à un petit 20 heures de jeu et on aura presque tout vu du premier coup. Autant dire que la rejouabilité en prend un coup. Si vous ne l’avez pas déjà en double ou en triple, le remake de Mario Bros. est une fois de plus inclus dans la cartouche : c’est toujours plaisant de se changer les idées avec une partie de temps en temps. Le jeu est aussi assez linéaire, il n’y a pas 36 façons de faire les choses…

En bref…



Mario & Luigi: Superstar Saga est ce genre de jeu qui vous fera passer un bon moment mais sur lequel on ne revient pas forcément, ou en tout cas pas à court terme. Cela reste toutefois le RPG le plus accessible à ceux qui n’aiment pas le genre en temps normal et les fans qui ont apprécié les Paper Mario vont assurément adorer retrouver cette licence qui fonctionne toujours aussi bien. C’est tellement dommage que ce soit si court…

Les plus

+ L’humour
+ Le plaisir de jeu
+ Les effets sonores

Les moins

– La durée de vie

– Sous-développé

La note

7/10


Par Martinus
Le 23 octobre 2005 | Catégories : Analyses

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de Martinus n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de wiimote dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 413 : du 22 au 28 février 2021
Le 28 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 412 : du 15 au 21 février 2021
Le 21 février 2021, par Gueseuch

Nintendo Direct 18/02/2021 – Le résumé un peu concon
Le 20 février 2021, par MectonLaFlemme

Dojo Hebdo 411 : du 8 au 14 février 2021
Le 14 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 410 : du 1er au 7 février 2021
Le 7 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 409 : du 25 au 31 janvier 2021
Le 31 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 408 : du 18 au 24 janvier 2021
Le 24 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 407 : du 11 au 17 janvier 2021
Le 17 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 406 : du 4 au 10 janvier 2021
Le 10 janvier 2021, par Gueseuch



Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal