méchant boum boum gagné

- Mortal résumant le scénario de Kid Icarus: Uprising

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Luigi’s Mansion (NGC)

Analyse de Luigi’s Mansion

Qu’en est-il du premier gros titre de Nintendo sur la GameCube ?

A la vue des premières vidéos et autres captures d’écran un doute était permis quant à la viabilité de ce titre au sein de la logithèque Nintendo…

Voici, donc, le passage au crible d’un titre qui n’est pas à la hauteur de nos espérances.

Exit Mario, place à Luigi. Ce dernier se voit investi d’une mission de premier ordre : sauver Mario. Le voilà donc au cœur d’un manoir hanté pour venir au secours de son cher frère. Transformé en «ghost buster », il vous faudra aspirer tous les fantômes de la maison pour pouvoir libérer : Mariiiiiiooooooo !

Graphismes

Mon dieu que c’est beau ! Aucune machine présente sur le marché à l’heure actuelle ne peut se targuer de proposer de tels graphismes. Tout est d’une finesse incroyable. Chaque écran fourmille de détails et tout, ou presque, est animé. Les textures donnent droit à des surfaces quasi palpables tant le rendu est surprenant. Les différents jeux de lumières et effets de transparence offrent de nouvelles sensations dans l’univers du jeu vidéo.

Les personnages, Luigi et les fantômes, sont de toutes beautés. L’animation de Luigi est à tomber par terre. Il a des mimiques qui varient selon les situations et peut interagir avec tous les éléments du décor…

Les différents fantômes ne sont pas en reste et ils volent presque la vedette au frère du plombier le plus célèbre de la planète. Il existe des dizaines de spectres différents chacun d’entre eux ayant un look et une attitude bien particulière.

La maison offre 90 pièces aux ambiances et aspect bien particulier de la cave au grenier…

Audio

Il y a très peu de pistes sonores dans ce jeu. A tout casser 3 ou 4 morceaux différents. En fait il existe un thème de base qui vous accompagne tout le long du jeu. Quand Luigi entre dans une pièce inexplorée du manoir, la musique est présente et notre héros la fredonne de façon assez particulière (genre là les gars je suis en train de flipper sévère !). Par contre une fois que la pièce est entièrement nettoyée voilà notre Luigi qui siffle cette même mélodie de façon plutôt relax. Quand un fantôme apparaît Luigi pousse un cri de terreur. Mais le fin du fin reste quand même le fait de pouvoir appeler Mario a tout moment dans le jeu. Une simple pression sur le bouton A et voilà Luigi qui crie : Mariiiiooooo…

Je vous garantie qu’il faut l’entendre pour le croire c’est à mourir de rire. Notre plombier vert n’est pas monocorde et il peut prononcer le nom de Mario de, au moins, 10 manières différentes. En fait le ton varie selon la vie qu’il reste à Luigi, moins il a de vie, plus c’est drôle.

Tous les autres effets sonores sont d’excellente qualité mais il ne surpasse pas Luigi et son nouveau cri de guerre (allez je vous le refais) : Mario ?

Maniabilité

A premier jeu, premier test du pad. Nintendo adore ce genre de didacticiel. Donc vous allez vous servir de tout le pad ou presque. Pour commencer sachez qu’il existe deux modes de déplacements. Un avec le pad analogique, déplacement classique dans un jeu en 3D. L’autre se joue avec les deux pad analogiques (le jaune et le gris). Le gris permet des déplacements latéraux et le jaunes de tourner sur vous-même. C’est un peu déconcertant mais on s’y fait vite…

Les actions de Luigi sont assez limitées. A part aspirer, frapper les objets ou appeler Mario, il ne fait rien d’autre. Voyons comment fonctionne ce cher aspirateur qui est l’objet du jeu. Une pression sur le bouton R fait sortir ce nettoyeur à fantômes. Une fois l’aspirateur sorti, seul le deuxième mode de déplacement est disponible. En maintenant le bouton R enfoncé, votre aspirateur aspire (normal pour un aspi) et la chasse aux fantômes peut commencer. A part aspirer les fantômes, votre aspirateur vous sert aussi a accomplir différentes actions dans la maison. Tous les éléments du décor sont quasiment réactifs à votre aspirateur. Voyons maintenant la chasse aux fantômes en question. Quand vous entrez dans une nouvelle pièce, cette dernière est très sombre et Luigi utilise sa lampe-torche pour progresser. Quand un fantôme apparaît, il suffit de braquer la lampe sur ce dernier pour que son cœur apparaisse. Une fois le cœur en vue, une rapide pression sur le R permet de l’aspirer. S’engage alors une véritable partie de pêche, avec le pad analogique vous décidez soit d’aspirer a fond soit de donner du mou. Le fantôme vous ballade dans toute la pièce et il n’est pas rare de perdre ce dernier a cause d’un obstacle. Les fantômes peuvent avoir jusqu’à 300 points de vie. Bon courage…Pour finir sachez que votre aspirateur pourra aussi vous servir de lance flamme, lance à eau ou bien encore de lance glace.

Un inventaire est accessible via votre Game Boy Horror. Grâce à cette dernière, vous avez accès au plan de la maison ainsi qu’à vos différents objets.

Le système de jeu est assez basique et il se résume à explorer toutes les pièces du manoir. On rentre dans une pièce, on résout une énigme, on aspire les fantômes, on gagne une clé et on passe à la pièce suivante pour répéter la même opération….

Pour finir sachez qu’il n’y a aucun loading.

En bref…

Passé l’euphorie des premières minutes de jeu, Luigi’s Mansion, en plus de sa courte durée de vie, s’avère ultra répétitif et assez décevant. Depuis quand Nintendo nous cache une misère scenaristique derrière des graphismes somptueux ?

Luigi n’a pas la carrure d’un Mario et son début dans le jeu vidéo n’est pas convaincant. A n’en pas douter le jeu le plus décevant sur Game cube.

Je suis très sévère car depuis que Nintendo fait du jeu vidéo, c’est la première fois qu’il sort un titre, en même temps qu’une console, qui ne rentrera pas dans la légende…

Incompréhensible, inexcusable et impardonnable !

Les plus

Les moins

La note

5/10


Par Waru
Le 30 septembre 2001 | Catégories : Analyses

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de Waru n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de wiimote dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 412 : du 15 au 21 février 2021
Le 21 février 2021, par Gueseuch

Nintendo Direct 18/02/2021 – Le résumé un peu concon
Le 20 février 2021, par MectonLaFlemme

Dojo Hebdo 411 : du 8 au 14 février 2021
Le 14 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 410 : du 1er au 7 février 2021
Le 7 février 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 409 : du 25 au 31 janvier 2021
Le 31 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 408 : du 18 au 24 janvier 2021
Le 24 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 407 : du 11 au 17 janvier 2021
Le 17 janvier 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 406 : du 4 au 10 janvier 2021
Le 10 janvier 2021, par Gueseuch


Dojo Hebdo 404 : du 21 au 27 décembre 2020
Le 27 décembre 2020, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal