Je prends tout moi, je suis un vraie pute de la DS

- MatMac

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


de Blob (Wii)

Analyse de de Blob

"Les soldats de l’entreprise ENKR ont entrepris d’aspirer la couleur de Chroma City". Non, ce n’est pas le pitch d’une publicité pour une lessive qui ravive les couleurs ou pour une célèbre marque d’appareil photo, c’est l’introduction de de Blob !

La révolution des couleurs…

de Blob parvient à faire des références à des évènements historiques réels, des références même politiques, sans jamais être lourds et insistants et sans jamais donner l’impression d’être moralisateur d’une quelconque manière. Il se paye même le luxe d’aborder ce genre de choses avec un sens de l’humour qui ne manque pas de piquant… Jeu impliqué politiquement ? Oui et non… Disons que c’est une manière intelligente de faire passer un message simple, sans forcément en faire le centre du jeu ou donner une jugement sur quoique ce soit.

Mais c’est essentiellement un prétexte à soutenir un scénario loufoque et une ambiance détonante. Entre les agents ENKR débiles, les partisans de la révolution complètement azimutés, les tristes grisiens qui se transforment instantanément en joyeux radians dès qu’ils touchent Blob, et ce dernier qui joue toujours la mouche du coche, le panel de personnages du jeu ne sont pas en reste non plus. Bref, la sauce prend plutôt bien et on se laisse rapidement prendre au jeu, dans cet univers en noir & blanc qu’il faut faire repasser d’urgence en technicolor…

Il va donc s’agir de tout colorier, de ramener de la vie et de la variété dans le monde monochrome imposé par la société maléfique ENKR. La survie des habitants en dépend…

Les blobs et les couleurs

Le jeu original, créé par des étudiants hollandais, consistait simplement à tout colorier dans une ville. Là, on a complexifié un peu le jeu en y ajoutant des objectifs (peinture ciblée de bâtiments, destructions des institutions de ENKR, etc…), des niveaux en plusieurs parties, des habitants à sauver de la morosité et des ennemis relativement agressifs.

Les défis servent essentiellement à guider le joueur dans la découverte des niveaux car, soyons clair, ce n’est pas vraiment le cœur du jeu. En fait, de Blob est essentiellement une promenade rafraichissante, dans un monde auquel on essaye de rendre son côté chatoyant et coloré. La sensation de redonner de la vie et des couleurs dans ce monde terne est vraiment tout à fait particulière : non seulement les bâtiments se colorent, mais les habitants font la fête dans la rue une fois que Blob les a libérés, les constructions ENKR se transforment et la musique change…

Parce que l’une des particularités du jeu est que la musique s’accorde complètement aux actions du joueur : si l’on colorie une partie du décor en rouge, la musique va se teinter de trompettes ; en bleu, ce sera la guitare, etc… Et plus un quartier est coloré, plus la musique est belle, variée et forte, partant de quelques sons très discrets pour en arriver à une explosion musicale qui accompagne à merveille l’explosion visuelle des couleurs. Il existe une dizaine de thèmes tous aussi dynamique et agréable à écouter les uns que les autres.

En bref…

Avec son ambiance unique, usant d’humour et de légèreté pour évoquer un thème grave et dramatique, et ses multiples challenges, offrant une rejouabilité accrue pour compléter à 100% chaque niveau, de Blob est une promenade extrêmement agréable aussi bien visuellement qu’auditivement, une bouffée de fraîcheur qui donne le sourire aux lèvres chaque fois que l’on met la galette dans le mange-disque.

Les plus

  • Humour et ambiance unique
  • Super fun à chaque niveau et à chaque partie
  • La complétion des niveaux à 100% est vraiment un gros défi

Les moins

  • Les défis sont un peu répétitifs à la longue
  • Si les premiers niveaux sont très ouverts, les derniers sont très guidés

La note

8/10


Par Mortal
Le 8 juin 2009 | Catégories : Analyses

En tout cas, moi, si j'étais une fille, je serais facile.
Voir les articles de Mortal

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 476 : du 9 au 15 mai 2022
Le 15 mai 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 475 : du 2 au 8 mai 2022
Le 8 mai 2022, par Gueseuch


Dojo Hebdo 473 : du 18 au 24 avril 2022
Le 24 avril 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 472 : du 11 au 17 avril 2022
Le 17 avril 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 471 : du 4 au 10 avril 2022
Le 10 avril 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 470 : du 28 mars au 3 avril 2022
Le 3 avril 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 469 : du 21 au 27 mars 2022
Le 27 mars 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 468 : du 14 au 20 mars 2022
Le 20 mars 2022, par Gueseuch

Dojo Hebdo 467 : du 7 au 13 mars 2022
Le 13 mars 2022, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal