Chui sur qu'il cache des armes, de la drogue et des liasses de billet dans son sac a dos bleu.

- Me_Marcadet à propos du nouveau look de Banjo

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


Alien Hominid (NGC)

Analyse de Alien Hominid

Que dire d’Alien Hominid sinon que cette petite bestiole adorable représente un phénomène du Web vidéoludique. Apparue il y a de cela déjà quelques années dans un jeu Flash, il ne lui aura fallu pas plus de quelques mois pour conquérir des millions de nouveaux fans. Le petit éditeur O3 a donc vu là une bonne affaire et nous a sorti une version deluxe complètement refaite pour les consoles. Au travers de milliers d’agents du FBI et du KGB, il ne voulait pourtant qu’une chose : récupérer le vaisseau spatial qu’on lui a volé à son atterrissage sur Terre et repartir chez lui.

Pour peu qu’on ait un peu de culture du jeu vidéo et qu’on apprécie la 2D, jouer à Alien Hominid nous remémore immédiatement la série des Metal Slug tant la sensation est pratiquement la même. On progresse de gauche à droite, en abattant des vagues d’ennemis qui viennent de tous les côtés, attrapant au passage un item pour booster son arme avant de continuer. Notre héros a avec lui son pistolet capable de tirer des munitions standard ou des balles spéciales selon l’objet, ainsi qu’une épée courte (automatique) pour les combats rapprochés.

Cliquez Cliquez Cliquez

Comme dans tous les jeux du genre (shmup et plates-formes), l’action est effrénée et n’arrête pas une seconde sinon le temps de reprendre son souffle avant l’apparition du boss de fin de niveau. On peut même aller jusqu’à dire que le jeu est exigeant physiquement tant il vous faudra tâter du bouton B. Et non, il n’y a aucune option de tir automatique, pas même pour les items.

Présentation



Le jeu se démarque surtout de la concurrence de par son style graphique vraiment unique et presque indescriptible. Cela lui donne une saveur délirante, un univers drôle et riche qui malgré son manque évident de détails reste magnifique. On peut quand même aisément lui préférer la finesse d’un Metal Slug mais c’est qu’une question de goût après tout. Et puis l’hommage à ce géant de l’action 2D est déjà suffisament évident comme ça.

Graphismes

Les images parlent d’elles-mêmes, il faut aimer le genre cartoon du samedi matin. Ma seule complainte va au fait que c’est un peu répétitif par moments. Mais sinon, le design des ennemis est vraiment la première chose qui nous frappe en jouant. À la manière de Zelda: Wind Waker, le style caricatural à souhait permet les animations les plus folles. Voire ses adversaires cramer en un petit tas de cendres ou se faire arracher la tête (je vous dis pas comment) est un plaisir hautement addictif.

Cliquez Cliquez Cliquez

Toujours à propos du design, les boss ont souvent tendance à faire dans le genre « robot de ferraille » mais certains d’entre eux sortent également du lot, on n’a qu’à penser à Butterscotch Man par exemple…

Audio

Les musiques sont bien mais sans plus. Elles se font passablement enterrer par le vacarme des armes et du chaos qui envahit l’écran. Les bruitages quand à eux sont vraiment très rigolos, surtout entendre les ennemis hurler pendant leur agonie – un effet dans la plus pure tradition cartoon. Tout dépend du détail à ce niveau et ça, les développeurs l’ont très bien compris.

Maniabilité

Les possibilités sont étonnamment nombreuses pour un jeu au demeurant si simple (shoot & jump). Le jeu offre trois configurations mais dans celle par défaut, la seule vraiment jouable, les gâchettes permettent de faire un sprint dans une direction ou l’autre, A de sauter, B de tirer (ou de charger si on le tient enfoncé) et X de lancer des grenades. Mais là où le jeu va plus loin côté gameplay, c’est quand on peut obtenir des points pour le style avec des mouvements comme se cacher dans le sol pour quelques secondes et y entraîner les ennemis, ou encore les attraper et les lancer sur d’autres pour plus de points. Des techniques avancées qui sont amusantes à faire mais qui ne sont pas essentielles non plus – on n’a pas toujours le temps de les faire.

Cliquez Cliquez Cliquez

Il faut aussi noter que plusieurs risquent de préférer la croix directionnelle au stick par moment (pour le premier boss par exemple) et comme celle-ci n’est pas particulièrement bien placée sur la manette du Cube, il fallait le dire…

Durée de vie

Le jeu comporte 16 niveaux de pure destruction massive qu’on peut évidemment finir rapidement mais qui offrent quand même une difficulté assez énorme si l’on veut jouer le score par exemple. Et puis on en voudrait pas plus de toute façon, ce ne serait plus aussi fun dans ce cas.

Cliquez Cliquez Cliquez

Mais là où Alien Hominid fait très fort, c’est au niveau des bonus : plusieurs mini-jeux sont au programme (avec un éditeur en prime), des chapeaux supplémentaires sont à débloquer mais surtout, le plus important, un mode coopératif de folie vous attend. De quoi refaire l’aventure à de multiples reprises et finir le titre dans tous les sens. On devrait coller un avertissement au jeu tellement c’est difficile de s’arrêter de jouer parfois…

En bref…

Ce jeu est une petite production et il ne fallait pas s’attendre à ce qu’elle surpasse des séries cultes comme les Metal Slug de SNK ou les Gunstar de Treasure. Le fait est qu’on a affaire à un pur concentré d’action, d’humour et de réflexes comme il ne s’en fait plus de nos jours et que dans ce monde dominé par la brutalité des GTA et des Hitman, il fait bon par moment de retrouver son coeur d’enfant pour revivre ce que le jeu vidéo est avant tout, un dépaysement ludique.

Note : Le jeu n’est malheureusement pas sorti en Europe dans sa version GameCube.

Les plus

– Le côté plug’n play
– L’intensité de l’action
– Les effets sonores
– Les animations
– Les bonus

Les moins

– L’absence de tir automatique

– Le graphisme pas toujours au top

La note

8/10


Par Martinus
Le 21 novembre 2006 | Catégories : Analyses

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de Martinus n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de wiimote dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Dojo Hebdo 429 : du 14 au 20 juin 2021
Le 20 juin 2021, par Gueseuch

Satellaview : UNDAKE30 Same Game
Le 18 juin 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 428 : du 7 au 13 juin 2021
Le 13 juin 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 427 : du 31 mai au 6 juin 2021
Le 6 juin 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 426 : du 24 au 30 mai 2021
Le 30 mai 2021, par Gueseuch

Satellaview : Sutte Hakkun
Le 25 mai 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 425 : du 17 au 23 mai 2021
Le 23 mai 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 424 : du 10 au 16 mai 2021
Le 16 mai 2021, par Gueseuch

Satellaview : Kirby’s Toy Box
Le 10 mai 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 423 : du 3 au 9 mai 2021
Le 9 mai 2021, par Gueseuch


Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal