La, la, la, la, la le sexe qui chante !

- Zegema en plein essai micro

Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !




Darksiders (WiiU) − One last ride…
Le 30 octobre 2017, par Mortal

Mario Kart 8 Deluxe − Piste, piste, rage !
Le 26 octobre 2017, par Mortal


007 NightFire (NGC)

Analyse de 007 NightFire

Après un première épisode bien fade (cf. :Espion pour Cible testé par Mortal), James Bond nous revient sur Game Cube dans une nouvelle aventure baptisée Night Fire. N’ayant pas joué au premier opus c’est donc avec un point de vue libre de tout préjugé que je vais arborer ce test. Alors James Bond : Night Fire un bon FPS (first person shooter au cas où certains aurait oublié) à mettre sous le capot de votre console préférée ? Réponse dans cette analyse…

Présentation

Dès la mise sous tension, le joueur est plongé au cœur de l’action. L’introduction (bien qu’elle soit considérée comme la première mission) du jeu est en fait une séquence interactive : des phases de jeux viennent s’intercaler dans le déroulement de la scène à des moment clefs (les développeurs aurait pu approfondir cette idée, car elle aurait pu constitué un véritable petit didacticiel ! Dommage…). Une fois passé ce prologue mouvementé, s’enchaîne le générique en FMV digne des plus grands films James Bond (silhouettes féminines se trémoussant sur fond de musique sexy, flingue tournoyant…).

Viennent ensuite les menus. Ils disposent d’une présentation originale mais parfois un peu confuse. Parmi les choix disponibles, il vous sera possible de changer la configuration de la manette ou encore les réglages AV.

Graphismes

On est ici en plein syndrome du jeu dit multi plateformes, on développe pour un certain hardware (en l’occurrence P « quelque chose » 2) puis ont fait un simple portage du code sur les consoles concurrentes sans même se préoccuper des capacités intrinsèques de chacun des systèmes. Résultat, on passe d’un jeu graphiquement correct sur la console de Sony à moyen sur Game Cube. Ceci se traduit par une modélisation correcte des personnages mais pas assez détaillé compte tenu des effets possibles avec le Cube, de plus les expressions du visage lors des dialogues ne sont pas fluide pour un sous ! Lorsque l’on voit ce qui est possible à ce niveau dans d’autres productions (cf. : Starfox Adventures), on est en droit de se poser des questions…(je chipote peut être mais bon).

Concernant l’animation, aucune saccade n’est à remarquer même avec un grand nombre d’ennemi à l’écran. On en remarquera seulement dans les phases de conduite, rien de bien méchant cependant. A noter pour l’anecdote que c’est Eurocom qui s’est chargé de la partie FPS et Electronic Arts pour l’autre.

Audio

De ce côté pas grand-chose à redire, les musiques collent parfaitement à l’action (basées sur le thème principal) et le fait d’entendre les ennemis discuter entre eux et s’alarmer à vos moindre faux mouvements ajoute également à l’immersion dans les aventures de James Bond. Côté effets sonores, les bruitages des différentes armes sont tout à fait crédibles, les balles, sifflant et ricochant, nous donnent vraiment l’impression d’essuyer les tirs. Le seul point noir est peut être la qualité des voix, notamment celle du personnage principal (un comble !), notre James adoré qui est toute nasillarde ! De plus les fans auraient sûrement préféré le doubleur officiel (quant à avoir le visage de Pierce Brosnan autant avoir tout ce qui va avec non ?^^)…

Maniabilité

Le dernier FPS auquel j’ai joué sur console étant Perfect Dark, c’est donc ma première expérience sur la nouvelle console de Nintendo dans ce domaine. De prime abord, j’ai été quelque peu déstabilisé par le contrôle avec les deux sticks… hop, un petit tour dans les options. Là plusieurs configurations prédéfinies vous sont proposées, chacune portant un nom ; Je m’arrête donc sur « Goldeneye » (celle qui me semble la plus familière). Dans ce profil, le stick sert au strafe gauche et droite et au déplacement avant/arrière, le stick C quant à lui sert à la vue (c’est-à-dire pour la direction). Le bouton L enclenche la mire de visée et passe automatiquement le stick C en mode strafe, le bouton R déclenchera le tir, une pression sur Z active la fonction secondaire de l’arme en cours, X et Y respectivement au saut et à s’accroupir, B pour changer d’arme et enfin le pad permet de sélectionner les différents gadgets mis à votre disposition par l’agent Q. Après un petit temps d’adaptation (surtout si on est habitué à la manette de la N64 :op), la jouabilité s’avère relativement confortable (même si on manque à certains moments de précisions dans les tirs, la visée auto ne marchant pas toujours très bien…). Lors des phases de conduite la aussi rien à déplorer, le pilotage de votre véhicule se fait avec aisance et un ordinateur de visé est même présent afin de locker vos ennemis et vous faciliter la combinaison des deux actions. Une chose est sûre, le pad de Nintendo est très bien exploité ! (Faut dire que la manette est tellement parfaite qu’elle se prête très bien au genre).

Intéressons nous maintenant aux différents modes de jeu. Dans la campagne solo (« Night Fire ») c’est pas moins de douze missions qui vous attendent, qui vous transporterons de Paris à Tokyo en passant par les Alpes françaises pour finir sur une station spatiale. Les lieux visités sont donc très diversifiés bien que la plupart du temps vous évoluerez en intérieur (mais bon le principe c’est que James est un espion et que sont lot quotidien est l’infiltration) et seules les missions intermédiaires aux commandes de votre Aston Martin V12 Vanquish et autres (moto neige, avion…) vous feront voir du paysage. Chaque mission est divisée en plusieurs parties (en générale une par objectif). Et ce qui est bien avec ce système c’est que si James venait à périr au cours de son opération, vous ne serez pas obligé de tout vous retaper^^.

Dans le mode multi joueurs, treize modes vous sont proposés. On retrouve bien entendu tous les classiques comme le « death match » (« Arène », c’est du chacun pour soi), « capture the flag » (capture du drapeau). Rien de bien nouveau donc. Mais d’autres, sont également de la partie comme par exemple « Espionnage industriel ». Dans ce scénario vous devez récupérer des documents et les ramener à votre base. Sinon sachez qu’il vous est possible de choisir entre un écran splitté horizontal ou vertical. Vous vous douterez bien que la première est de loin beaucoup plus claire.

Scénario

Electronic Arts pour cette série, a la bonne idée de nous proposer un scénario original à chacun des épisodes ? Night Fire est en fait le nom de code de l’opération menée par le milliardaire Rafaël Drake un écologique mégalo qui veut contrôler le monde en s’emparant de la station internationale équipée de missiles de défenses sous couverture d’une multinationale la Phœnix Corporation spécialisée dans le traitement des déchets post industriels. Votre mission si vous l’acceptez (j’ai du me tromper de film la…^^ ) en tant qu’agent 007 sera de déjouer, bien entendu, ce plan machiavélique.

Durée de vie

C’est là que le bas blesse ! En effet le mode solo est ultra court, si on enlève toutes les missions de shoot en véhicule, il n’en reste que sept en FPS et le tout se boucle malheureusement assez vite. Mais pour ceux en recherche de challenge, il vous est possible de récolter des médailles. Plus votre score sera élevé sur une mission (nombre de tués, précision…) plus la valeur de la médaille sera importante (on va du bronze au platine) et plus les bonus gagnés seront importants (personnages cachés…). Bien que l’on se surprend à récolter de l’or à tous les coups au début de l’aventure, la difficulté va crescendo et la chose devient moins évidente par la suite.

Et ceux pensant être tenu en halène aussi longtemps qu’avec un Goldeneye seront bien déçu, car ils auront vite fait le tour surtout si ils avaient complètement terminé cette perle de la N64 (beaucoup plus corsée). Heureusement, le mode multi joueurs est là, et c’est sûrement lui qui vous fera revenir sur le soft lors de soirées entre ami(e)s ;o)

En bref…

Si vous êtes fan de la série, n’hésitez surtout pas, tous les ingrédients d’un grand James Bond sont présents (jolies filles, scène explosives…) de plus le scénario est totalement nouveau. Pour les autres, si vous recherchez un bon petit jeu multi où si vous ne jurez que par le FPS allez-y. Sinon passez votre chemin car le mode solo aurait gagné à être plus long…. Dommage.

Les plus

  • Scénario béton pour le genre (et inédit !), on a vraiment l’impression d’être dans un film d’action

  • Jouer le véritable acteur des James Bond, la classe !

  • Les scènes en véhicules, vraiment jouissives !

  • Le mode multi joueurs

Les moins

  • Pierce Brosnan sans son doubleur officiel, ça craint !

  • Les cinématiques pas toujours de bonne qualité, les effets de mosaïque dus à la compression se font un peu trop présents.

  • Le mode solo un peu court…

La note

6/10


Par Kokuro
Le 11 janvier 2003 | Catégories : Analyses

Mamma mia !! OMG ! Cet enfoiré de Kokuro n'a même pas rempli son profil ! Il sera sévèrement puni avec du goudron, des plumes et un coup de wiimote dans le ***censuré*** !

A voir également
Les trucs qu'on a rédigés avec nos petits doigts potelés

Satellaview : BS The Legend of Zelda
Le 5 mai 2021, par Tardigrade



Dojo Hebdo 421 : du 19 au 25 avril 2021
Le 25 avril 2021, par Gueseuch

Dojo Hebdo 420 : du 12 au 18 avril 2021
Le 18 avril 2021, par Gueseuch


Dojo Hebdo 419 : du 5 au 11 avril 2021
Le 11 avril 2021, par Gueseuch

Satellaview : BS F-Zero Grand Prix 1&2
Le 7 avril 2021, par Tardigrade

Dojo Hebdo 418 : du 29 mars au 4 avril 2021
Le 4 avril 2021, par Gueseuch



Dojobar
L'émission de radio déjantée qui revient toutes les deux semaines !







Dojodirect
Des jeux de merde joués par des connards en direct !